Ma-Mwe : Une société qui semble hantée par le mauvais sort

wpid-screenshot_2016-01-15-13-09-47-1.png

Les trois groupes livrés à la Ma-Mwé par l’Etat sont presque l’ombre d’eux-mêmes, à en croire le nouveau directeur général de la Ma-mwe, le colonel à la retraite Mohamed Soilihi, à l’occasion de la signature de la deuxième phase de l’assistance chinoise à la Ma-Mwe. Selon lui, un sur deux de ces groupes pourrait être en état de fonctionner. Décidément, la Ma-Mwe semble être hantée par les démons.

image

« A la date d’aujourd’hui, sur les trois groupes que l’Etat a livrés, un est à l’arrêt complet et présente des défauts d’origine. Le deuxième présente un signe d’anomalie qui reste à diagnostiquer », a déclaré Soilihi Mohamed. Le militaire à la retraite fait un constat amer de l’état actuel des centrales de la société de l’eau et d’électricité qui serait loin de sortir du « cercle infernal » des révisions des moteurs.

M. Soilihi qui regrette le fait que quatre groupes sur les huit offerts par la Chine sont devenus, pour les trois, des groupes de secours pendant que le quatrième n’a jamais fonctionné. L’ancien chef d’état major de l’armée suggère de mettre toutes les énergies sur les centrales si le pays veut bien sortir de manière durable à la crise énergétique qui le frappe depuis bien longtemps.

« Qu’il me soit permis de dire à tous ceux qui souhaitent voir les Comores sortir de cette crise énergétique que tous les projets satellites qui tourne autour sous forme d’aide ou d’appui n’auront aucun effet si l’outil de production d’énergie fait défaut », dit-il.

Il rappelle qu’en l’état actuel, les groupes disponibles n’ont pas la capacité de production d’énergie dont le pays a besoin : « Si nous persistons à croire le contraire, nous continuerons a en souffrir encore très longtemps ».

Maoulida Mbaé / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*