Ma-Mwe : Vers un blackout total ?

mamwe

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

 

La situation énergétique n’est pas des plus florissantes. Le calendrier des délestages, communiqué par la Ma-mwe le 06 février dernier, n’est pas respecté. Certaines localités comptent des semaines depuis leur dernier éclairage. La Ma-mwe elle, fonctionne actuellement avec 5 mégawatt seulement. Et le pire serait encore à venir.

 

Le calendrier qui a été publié par la Ma-mwe le 06 février dernier n’est pas respecté. Loin de là. Pour rappel, le programme disait que la capitale serait fournie en électricité de 07h00 à 13h00 et de 17h00 à 03h00 du matin. Les autres localités devaient être éclairées 2 jours sur 3 (soit de façon successive, soit en alternant avec un jour « off » durant l’après-midi ou de 18h00 à minuit).

Mais les faits sont têtus. La société d’Etat peine à éclairer Moroni. Et quand ça va mal dans la capitale, cela veut tout simplement dire que la situation est catastrophique dans les autres régions.

La situation s’est à nouveau sérieusement dégradée au point qu’Al-watwan, le journal de l’Etat, n’a pas publié vendredi 27 février ! Et pour cause, le groupe électrogène de dépannage est tombé en panne, empêchant la rédaction des articles.

Malgré tout, les quartiers de la capitale ne sont pas desservis de la même manière. Certains sont mieux lotis que d’autres. A la Coulée, la Ma-mwe- jusqu’à jeudi où la situation s’est brusquement dégradée- suivait bon an mal an le calendrier des délestages. Ce qui n’est pas le cas à Caltex par exemple. « Il y a des jours où nous n’avons du courant que 3 heures par jour », a indiqué Mohamed Youssouf.

Dans les autres régions, la situation frôle le drame. Selon Binti M, originaire et résidant à Dzahani 2, « depuis samedi, veille du deuxième tour, nous n’avons pas eu d’électricité ».

Dans la région de Mitsamiouli, cela fait plus de 15 jours que l’obscurité règne. A Hambou un habitant de Dzahadjou se plaint : « Nous avons eu du courant le 07 février dernier. Depuis, plus rien ! ». Même chose pour la région de Mbadjini.

Le pire serait-il à venir ? Selon un responsable de la Ma-mwe, la situation n’est pas près de s’améliorer. « Nous travaillons difficilement avec seulement 5 mégawatt actuellement », a-t-il révélé.

Une solution dans les jours à venir ? « Il n’y aura pas de sortie de crise de façon immédiate dans la mesure où nous sommes entrés en discussion avec les chinois depuis vendredi 27. Et pour l’heure, nous n’avons pas encore reçu de propositions concrètes », a-t-il dit.

Les discussions entamées ne concerneraient que la fourniture électrique de la capitale. Notre interlocuteur n’a pas (encore) parlé de blackout, mais c’est tout comme.

 

Faïza Soulé Youssouf

LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*