Madagascar : Un viol vire à un lynchage

Un homme âgé de 30 ans, auteur d’un viol d’une jeune femme de 23 ans a été lynché à mort par une foule en furie. Le drame s’est passé dans le district de Mampikony.

Œil pour œil, dent pour dent. C’est la loi du talion qui s’est produit le jeudi 16 août, vers 15h 50, au fokontany d’Ambaiboho-Ambodisatrana, commune d’Ambotoaka, à Mampikony. Un violeur de 30 ans s’est fait lyncher à mort par les habitants d’Anjiamavo après qu’il a été capturé pour viol et meurtre. La première victime, une femme de 23 ans, mère d’un enfant, a été agressée sexuellement par ce trentenaire dans un champ. Alors qu’elle travaillait, cet homme venant de loin, de Mampi­kony, l’a surprise et battue pour ensuite commettre ses désirs bestiaux, selon les circonstances relatées par des gens du village. « Elle était toute seule à la plantation. Tout d’un coup, nous l’avons entendue appeler au secours. Puis, nous nous sommes rués vers les lieux pour voir ce qui se passait », a raconté un notable.
La femme aurait résisté face à la tentative du prédateur de la neutraliser. Elle a fini pourtant par être charcutée. « Le malfaiteur faisant usage d’un couteau l’a tuée », a déploré un proche. Allongée au sol et ensanglantée, elle n’a pas survécu à ses blessures, malgré l’idée de l’amener d’urgence à un hôpital le plus proche.

Même sort
Trop excédée par cet acte de violence et de barbarie, la population s’est alors tournée vers le violeur qui a immédiatement pris ses jambes à son cou en apercevant les secours.
Ne voulant pas laisser s’échapper le tueur, les villageois ont fait tous les moyens pour le rattraper. Ils l’ont finalement capturé un peu plus loin du lieu du crime. Selon eux, que le coupable réponde de ses actes et subisse le même sort que sa victime. Ils ont crié haro sur lui jusqu’à ce que mort s’ensuive. « Le trentenaire a été torturé et bastonné avant d’être achevé », a indiqué un gendarme de la compagnie de Mampikony, joint par téléphone. Ce dernier a précisé que celui qui a été lynché était connu de la gendarmerie pour vol et actes de banditisme dans le district.
Dans un rapport d’expertise, le médecin légiste, ayant accompagné les trois éléments de la brigade d’Ampasimatera sur les lieux, a attesté que la femme a été violée. Aucune arrestation n’a été opérée à la suite de cette vindicte populaire, d’après les renseignements obtenus au niveau de la compagnie de Mampikony, hier.

Lexpressmada.com

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*