Mariage et Obsèques : Les décrets tant attendus d’Azali Assoumani

Selon un membre du cabinet présidentiel, le Chef de l’Etat s’apprêterait à signer deux décrets l’un portant sur l’organisation de mariage et l’autre, des obsèques. Les inhumations seront possibles tous les jours « à partir de 16h00 ». Pour qu’un entremet de déroule avant-midi, en cas de circonstances particulières liées au corps du défunt, il faudra à la famille endeuillé obtenir une dérogation. Pour l’instant, selon notre interlocuteur, il n’est pas encore discuté de qui devra émaner la dérogation : préfet ou maire ?

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Concernant les célébrations de mariages, le chef de l’Etat pourrait interdire toutes manifestations dans ce sens pendant les jours ouvrables. Les « mashuhuli » vont donc s’organiser à partir du samedi après-midi à dimanche.

L’idée de ces reformes tant attendues par la population comorienne, est de lutter contre l’absentéisme à l’administration publique. Aux Comores, un directeur ou un médecin peut s’absenter pendant un certain temps pour une de ces deux raisons : enterrement ou mariage. Un phénomène qui pénalise de plus en plus le citoyen lambda et qui, surtout, ralentit le fonctionnement de l’administration en générale. Si ces deux projets de décrets se concrétisent, ça sera une étape capitale vers l’Emergence.

M.Djoumbé/Comores infos 

3 commentaires sur Mariage et Obsèques : Les décrets tant attendus d’Azali Assoumani

  1. ça serait une bonne chose de décréter voire même de légiférer sur les mariages et l’enterrement.Mais pas sous la forme qui est présentée par ce proche du Président.Personnellement j’aurais reformé les mariages en limitant les dépenses folles et inutiles pour aider le comorien à rester debout et à penser un peu à un avenir meilleur comme l’a fait le Président Ali Soilihi à l’epoque.le fait juste que les mariages se fassent samedi après midi,de toute manière ç’a toujours été samedi.Pour l’enterrement,c’est inutile de les fixer à 16h car la mort ne prévient pas.Sauf que pour lutter contre l’absentéisme dans l’administration comorienne qui pénalise aussi bien le citoyen que l’économie du pays,il faut tout simplement sanctionner les auteurs quelque soit sa fonction ou son rang,Ministre,Directeur,haut fonctionnaire,haut gradé,petit fonctionnaire,secrétaire,employé etc….
    Il faut savoir que si une faute n’est pas sanctionnée,l’auteur risque de de répéter car il ne se rend pas compte de la gravité et les dégâts que cela a causé.C’est tout bête mais c’est aussi simple que cela.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*