Matata Ponyo, le Premier ministre de RDC appelle au réalisme sur Africa N°1

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Matata Ponyo, le Premier ministre de RDC était interviewé hier par nos collègues de BBC Afrique. Il revient sur la rencontre à Kampala entre Joseph Kabila, Paul Kagame et Yoweri Museveni .

« Il n’y a pas de changement de Cap, le président Kabila était en Ouganda et a eu une discussion franche avec le président Kagame mais aussi avec le président Museveni. Il s’en est dégagé la nécessité de mettre fin à la guerre et aussi d’écouter ceux qui sont à Goma de manière à apaiser les uns et les autres et de ramener la paix et la sérénité dans cette partie de la république.
Il nous faut maintenant avoir une certaine dose de réalisme, nous devons œuvrer à la paix et à la sécurité et les travaux de Kampala se sont inscrits dans cette logique la.(…) Dans les années 70 ou 80 l’armée la plus forte de la région était l’armée congolaise, mais nous avons traversé près de 15 ans de troubles démocratiques, de guerre, de dialogue inter-congolais pendant que les autres étaient en train de refaire leur armée. Nous avons un pays avec des potentialités énormes et nous sommes en train de bâtir ce pays. Rendez-vous compte, notre taux de croissance est cette année de 7,2%, l’an dernier de presque 7% ; l’année prochaine il sera autour des 8%. Il y a un effort considérable de réorganisation économique en train de se faire. Et une partie de ces dividendes que nous sommes en train de réaliser sont dirigés vers l’armée. Nous sommes convaincus qu’il faudra dans les années qui viennent avoir des forces armées congolaises compatibles avec nos ambitions. Certains demandent le départ du président Kabila, mais ne versons pas dans le sensationnel, le président Kabila a été élu démocratiquement, tout le monde le sait. Il y a eu certainement des erreurs et des insuffisances mais qui, de l’avis de tout le monde, n’ont pas affectées les résultats tels qu’ils ont été publiés. Ceux qui veulent accéder au pouvoir n’ont qu’à suivre la voix démocratique. »

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*