Mayotte : Azali lisha unafiki na udjandja…

Opinion libre: Après le silence assourdissant de l’après « Assises », nous sommes rentrés dans une période d’agitation et de gesticulations diverses de la part du gouvernement d’Azali, à propos de la situation grave qui sévit à Mayotte, au point que les citoyens se demandent où le pays va être conduit et quelles orientations fondamentales vont se mettre en place.

Moroni s’arc-boute sur sa décision de refuser les reconduites à Anjouan des expulsés de Mayotte et menace de répondre aux représailles de restrictions de délivrance de visas diplomatiques annoncées par la France, par d’autres mesures.

Et certains d’applaudir à l’attitude patriotique et héroïque du gouvernement d’Azali et d’appeler à la mobilisation générale !!!

Voyons, soyons sérieux, il s’agit de la vie des dizaines de milliers de citoyens !!!

Azali est un des présidents les plus soumis à la France que les Comores aient connus : n’oublions pas que le 28 septembre 1995 c’est à l’ambassade de France de Moroni qu’il avait trouvé refuge pour fuir en tenue de caleçon, l’affrontement avec les mercenaires de Denard, il a été le premier à demander le retrait de la question de Mayotte des questions de l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’ONU, à son premier mandat, qui a suspendu le Comité Ad Hoc de l’OUA sur la question de Mayotte, en 2004, c’est lui donc qui a débouté et découragé les organisations internationales ainsi que toutes les bonnes volontés pour soutenir les Comores dans ce combat, et il a permis l’intégration de Mayotte dans les compétions régionales sportives de la Commission de l’océan Indien…

Alors où est le nationalisme et patriotisme d’Azali ?

Depuis quand s’est-il jamais intéressé aux malheurs du peuple anjouanais poussée à l’exode mortel de Mayotte ?

Depuis quand s’est-il jamais intéressé à leurs conditions de vie d’humiliations, de vexations et de brimades quotidiennes à Mayotte ?

Sa politique générale n’est-elle pas aux antipodes d’une politique soucieuse des intérêts de l’Union et des îles ? :

Depuis l’avènement de l’Union des Comores, Anjouan n’a jamais été autant bafouée et écrasée par un pouvoir de plus en plus autoritaire et centralisateur ; la constitution est complètement piétinée au sol et tout est dicté et contrôlé par Moroni, jusqu’à l’édition des permis de conduire et la mise en coupe réglée des procédures douanières etc.

Tout en mettant en place un système de spoliation partisan et régionaliste pour ne pas dire villageois inique des biens publics, Azali prend plaisir à écraser et à humilier Anjouan et Mohéli ; les illustrations sont nombreuses et la dernière c’est d’avoir négligé et saboté tout projet en faveur du port de Mutsamudu, pour finalement programmer sa disparition en concevant la construction d’un port en eau profonde à Moroni sans oublier l’ hôpital « 4 étoiles », alors que le grand hôpital de Bambao est condamné à mort. Alors, vous savez le patriotisme d’Azali, ce n’est pas aux Anjouanais qu’il faut le raconter.

Mais quel jeu joue-t-il ? Que cherche-t-il par ce soit-disant bras de fer avec la France ?

D’abord, Azali n’a pipé mot sur cette affaire et n’a fait parler que les sous-fifres, ministres de transport et des affaires étrangères, qui peuvent gicler comme les fusibles, au moment opportun.

Tout ce qui intéresse Azali c’est son maintien au pouvoir :

Ses plans de modification constitutionnelle pour se maintenir au pouvoir rencontrent des oppositions notamment au sein du gouvernement français et ce prétendu bras de fer ne viserait qu’à marchander l’accord de la France.

Et malheureusement, ce sera encore une histoire de gros sous qui iront gonfler les 40 millions d’euros des comptes bancaires d’Azali, une casserole de 19 milliards de francs comoriens qu’il trimballe comme un boulet attaché à sa cheville, cf. article de Thierry Vircoulon l’État internationalisé etc.

Azali n’a que faire de Mayotte ni du sort des citoyens comoriens maltraités et avilis par des gens au mépris de la loi républicaine.

Pourquoi ne fait-il pas appel aux organisations internationales l’UA, l’ONU, la Ligue Arabe, les Associations des droits de l’homme, et ne saisit-il pas les organisations internationales de justice ?

Ce qui l’intéresse ce n’est que s’éterniser au pouvoir et se « remplir une panse » déjà bien remplie.

Basi Azali lisha malambe yaho na udjakwe!!!

Nahika usitsaha kweli yi Maore, hudumu yi Ndzuwani, harimwa zi likole na zi lapitali, urengeledze na yi bandari ya Mutsamudu, vavo wandzuwani watsobaki hao, na wamaore de watsojao wawapare.
be zizo tsi shughuli zaho : shughuli yaho de hubaki ata ufe harimwa yezi.

Vive l’Union des États des Comores et la souveraineté reconnue à chaque île !

La voix des Anjouanais en colère,
Anli Yachourtu JAFFAR

4 commentaires sur Mayotte : Azali lisha unafiki na udjandja…

  1. Forcer de constater quelques esprits s’agiter, et s’exprimer sur la situation à Mayotte et aux Comores. D’abord,ce qui est malheureux c’est de voir à quel point vous êtes obséder par l’île de Mayotte que je rappel est française depuis 1841, c’est a dire plus de 40 ans avant les 3 autres îles et cela avec la volonté des mahorais,contrairement aux 3 autres îles, Mayotte n’a jamais subit une conquête coloniale. Donc l’histoire de Mayotte et la françe est une histoire d’amour, qui vous dépasse. Croiyez le où non les dirigeants comoriens le savent très bien, personne ne quitte le paradis pour l’enfer en revanche les geants fuit l’enfer (Moroni) pour le paradis (la France). Les comoriens n’ont toujours pas compris que pour être élus aux Comores il faut obligatoirement promettre le paradis pour tous, autrement dit il faut promettre Mayotte pour tous. Azali la compris depuis qu’il a demander le retrait de cette question dans les réunions de l’ONU pour faire court. Ouvrer les yeux regarder ce qui se passe aux Comores en se moment, qui voudrait vivre dans un territoire pareil? Et enfin pourquoi reprocher aux mahorais, leur choix de vouloir rester français, alors qu’il y’a plus de franco comoriens dans le monde qu’il n’y à de comoriens. Il y’a plus de comoriens en France aux Comores. Et les chiffres augmente chaque année. Vous savez où la majorité d’entre eux passe pour entrer en territoire française ? Je vous laisse deviner donc pour l’État comorien Mayotte dois rester française. Si Mayotte n’était pas française où serait ces comoriens qui ont fuit leur territoire ? Au lieu de défendre leur territoire, défendre leur avenir au sein de se territoire, ils préfère s’inscrire dans cette quête insensé s’emparer d’une île supplémentaire pour élargir l’enfer dans l’archipel des Comores.

  2. Quand je disais que tout ceci était bien organisé, planifié et manipulé par les grands comoriens pour que les Anjouannais ne leurs demandent jamais des comptes. Toujours à dire que c’est la faute de mahorais, c’est la marque d’un echec d’une faiblesse ou d’un impuissance, faire porter la faute à quelqu’un d’autre. les comores ont été gouvernés à partir de Mayotte et jamais il n’y a eu des problèmes pareils car le mahorais a toujours était juste envers les autres. On nepeux dire de la même chose des Grds comoriens « wadhoilimou ». Oui « wadoilimou » car c’est ce qui caractérise un grd comorien ( ou doulma), en parlant des politiciens et fonctionnaires.

  3. BIEN PARLé JAFFAR……… ENFIN QUELQU’UN OU UN ANJOUANNAIS QUI DIT ET VOIT CE QUE JE DIS DEPUIS QUELQUES TEMPS SUR CES BLOCS TENUS PAR LES GRD COMORIENS QUI SONT LA CAUSE ET LES BéNéFICIAIRES DE TOUS CES CRIMES.
    SEULS LES MAHORAIS ENTREVOIENT LES DESSEINS DES GRDS COMORIENS ET DESPOTES ET AVIDES DE DOMINATION.
    LE DECLIN OU PLUTÖT LA NON EMERGENCE DES COMORES A TOUJOURS ETE DE VOTRE VOTRE VOUS LES GRDS COMORIENS.
    ASSUMEZ!

  4. La forme de cette pensée est plus noble que le fond.

    Toute idée à laquelle risquerait de nous sombrer dans un séparatisme doit systématiquement être combattue. En effet, aucun citoyen ne doit rentrer dans les étoiles d’araignée. Car, le piège est d’avoir l’idée que le despote joue en faveur d’une île. Nous savons que le petit dictateur joue Cavalier seul. À cela, il faut mettre son cercle vicieux à savoir le CRC et la ville de Mitsoudje. Mais on se demande jusqu’où ira le dictateur sanguinaire Azali assoumani Mugabe?

    Tout d’abord, parlons nous de la situation générale sans ôter celle des îles autonomes. Certes, chaque île dispose une certaine spécificité, mais nous devons parler de l’ensemble de l’archipel. Car, parler île par île n’est pas la bonne résolution. Puisque cela, pourrait alimenter l’idée selon laquelle l’insularité prévaut sur l’ensemble. Et cela irait dans le patriotisme de chaque île. Ce qui cherche surtout le dictateur. Sachez aussi que le despote fût les artisans du séparatisme du colonel Bacar. Cette stratégie lui a permis indiscutablement de rester sept ans au pouvoir sans partage.

    Mais, aujourd’hui cette stratégie est mise en mal par le docteur Salami auquel joue bien sa danse.
    Il faut dire clairement et objectivement que ni les gouvernements, ni le dictateur ni les vice-présidents ne sont pas en mesure d’expliquer leur vision du pays. Nous sommes dans un avion sans oxygène et que les pilotes et les pagassers sont tombés dans l’inconscient. Finalement, le pilotage automatique a bien pris le relais. Nous attendons donc, que le réservoir de l’avion soit à sec pour voir l’avion s’écraser.

    Pour le moment l’avion est sans équipages. Dans cette situation tout le monde doit se mobiliser sans couleur partisane. Si non, c’est le dictateur local Azali assoumani Mugabe qui gagnera la guerre.

    Ensuite, notons que vous êtes confrontés à une opposition déstructurée. Elle a du mal à se faire un leadership, au moment où le pouvoir vacille et flotte comme un bateau sans manche. Il faut dire que la situation actuelle de Mayotte nécessite un dialogue avec les autorités françaises. Car, quelque soit ce qui prévoit le droit international, la France est un état unitaire. Et elle ne lâchera aucune semelle à Mayotte sans une négociation à laquelle, elle irait dans son intérêt. D’autant que cette négociation nécessitera une révision constitutionnelle. Vous devez être réaliste sur cette question. Car, le retour de Mayotte ne se fera jamais sans une concertation avec la cinquième puissance mondiale. Vous avez bien parlé de bon nombre de déboires du dictateur local Azali assoumani Mugabe. Il s’agit d’une réalité manifeste. Ce n’est pas le petit peureux qui défiera la grande France. Sachez bien que le despote est le même. Il n’a pas changé mais au contraire, il a les mêmes ambitions que 1999. Pour lui, la crise Mahoraise remplace celle du séparatisme. De plus, Azali souhaite que celle-ci perdure pour détourner l’opinion publique et monnayer l’éternité de son pouvoir.

    Pour conclure, azali mène une politique de népotisme. Il est loin de favoriser une île au détriment d’une autre. Il est obnubilé seulement par le pouvoir. Et il cherche à le conserver pour sa famille, son parti et sa ville.

Répondre à Opinion libre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*