Mayotte: Les Comoriens ont-ils perdu le nord ?

Une Maoraise a posté une vidéo sur Facebook. Métisse (Réunion – Mayotte) elle s’est battue pour s’installer avec sa famille à Maore, dans son île insiste-t-elle, la chair de sa chair (et elle a essuyé une larme), malheureusement la situation à Maore se dégrade au fil des mois (les larmes se bousculent). Elle demande aux Comoriens de rentrer chez eux, de quitter son île. Mais elle a deux frères anjouannais qu’elle ne veut pas, qu’elle ne peut pas renier (montée des larmes) elle stigmatise la politique de Macron incapable de sécuriser un territoire français et d’Azali incapable de retenir son peuple dans son pays. Elle dénonce les exactions commises envers les Comoriens, elle note que les délinquants ne demandent pas les papiers de leurs victimes avant de les dépouiller et les maltraiter. Elle se demande enfin si les Maorais n’ont pas perdu leur humanité.

Le trouble de cette jeune femme et ses contradictions (ses frères étrangers dans son île !) m’a touché. Et me voilà me demandant si ce ne sont pas tous les Comoriens qui ont perdu le sens de leur humanité, qui ont perdu le nord, comme on dit de quelqu’un sans boussole.

Dans une télévision française, une jeune Maoraise, s’exprimant dans un français presque parfait, expliquait que Mayotte n’a jamais été colonisée. Non s’indigne-t-elle, son île a été vendue à la France en 1841 par Andriantsouli, (un usurpateur malgache) contrairement aux autres îles des Comores qui elles ont bien été colonisées ! Non seulement elle ignore que c’est le même processus qui a conduit à la mise sous tutelle des autres îles, à savoir des sultans se mettant sous la protection de la France moyennant finance et protection mais pire encore, elle veut justifier l’injustifiable par une vente ! Une vente d’une île et de ses habitants. Ridicule, abominable!?

Dans un débat organisé par une radio africaine, un journaliste maorais tonna avec force : il n’y a jamais eu de peuple comorien. La puissance de sa voix constituait un argument définitif. Tout de même, voilà quatre îles géographiquement très proches; des populations s’exprimant dans pratiquement le même langage, un langage particulier utilisé uniquement dans cette espace géographique; des populations ayant les mêmes us et coutumes. On marie et célèbre les mariages de la même façon, on enterre et honore les morts de la même façon, des notables régulent ou ont régulé la vie des villages, des pratiques originales inconnues ailleurs. Des populations pratiquant la religion musulmane de la même façon quand on sait la diversité musulmane. Comment peut-on qualifier tous ces traits communs en dehors de la notion de peuple, un peuple original, doté d’une culture originale ? Quel aveuglement partisan!

En dehors d’Ali Soilihi, tous les dirigeants comoriens ont clamé, la main sur le cœur, l’amitié entre les Comores et la France. Imaginer donc, la France premier partenaire des Comores, la France responsable de la sécurité des Comores, etc. Comment comprendre que le pays se livre ainsi au pays qui annexe une partie de son territoire et lui tresse tant de louanges ? Cela tombe sous le sens et interroge sur l’humanité comorienne, sur le sens commun comorien!

Depuis l’été 1997, le séparatisme gangrène les 3 autres îles de l’Archipel. On semble croire que le salut se trouve dans une gestion séparée. On croit que si le président est de telle île, alors c’est cette dernière qui règne. Les faits n’y font rien. Un mgazidja a présidé l’Union des Comores sans que Ngazidja sorte de la misère. Un Mdzuani a suivi puis un Mwali. Rien n’a changé. Les îles se trouvent toujours dans un état de dénuement révoltant. Eyatru n’a rien donné à aucune des îles et pourtant on persiste et signe.

Il est clair que le problème des Comores s’appelle sous-développement, misère économique et sociale.

Maore a opté pour le maintien dans la France. Si la situation y est meilleure que dans les autres îles comoriennes, on est loin du compte. Les chiffres sont implacables : 84% de la population sous le seuil de pauvreté, près de 40% de chômage des jeunes. Le rêve départementaliste finit dans un désastre incarné par ces milliers d’enfants des rues produits par le Visa Balladur, des enfants qui basculent tout naturellement dans une délinquance brutale, source d’une insécurité intolérable.

Confronté aux difficultés de toutes sortes, les Maorais s’insurgent contre la vie chère mais loin de leur proposer des solutions, on leur désigne des boucs émissaires, on calque à Maore le modèle qui a court en Europe : immigration = insécurité, un modèle qui ne marche même pas en France. C’est que Maore n’est pas la France, l’Etat français n’est pas prêt, il n’en a peut-être même pas les moyens, à mettre les milliards d’euros nécessaire à une remise à niveau du « 101ème département ».

Les autres îles croupissent dans une gouvernance insensée, pratiquant la corruption à grande échelle et s’enfoncent depuis l’indépendance dans un gouffre sans fond

Résultats : les Maorais comme les autres Comoriens sont réduits à aller chercher ailleurs des meilleures conditions d’existence. Seules les destinations changent suivant le degré de misère des uns et des autres.

La question qui se pose dès lors est de savoir si la crise actuelle va aggraver la situation, conduire à un bain de sang ou à un sursaut salutaire.

Le bon sens finira-t-il par l’emporter ? Les Comoriens comprendront-ils enfin que leur problème ne vient pas de leur insularité mais de la volonté de puissance d’un pays qui a du mal à rompre avec son passé colonial et de dirigeants dépourvus de tout sentiment national ?

Idriss Mohamed

10 commentaires sur Mayotte: Les Comoriens ont-ils perdu le nord ?

  1. Mr idriss Mohammed, vous faite preuve d une malhonnêteté intellectuel effroyable et battant tous les records,mais une fois n est pas coutume, forcer de constater que cela est votre signature, ce n est pas en déformant les propos de ces personne dont vous citez le témoignage, sous prétexte quelles sont mahoraises que vous vous honorerait, vous prenez malin plaisir encore une fois de dévaloriser les mahorais, et faire croire aux geant que c est un peuple perdu,qui à perdu son humanité lorsque ce dernier ne fait que réclamer ces droits, chose qui n existe pas aux Comores car ce n est pas un état de droit donc je peut comprendre que vous ne comprenez pas les raisons de la colère et du râ le bol des mahorais.c est dommage que vous traînez sur le terrain des discours et propos stérile, subjectif et absolument pas constructif. Vous êtes senser informer en étant le plus objectif et le plus honnête possible. Comores info mérite mieux.

  2. Encore ce faucheront d’ IDRISS et ses palabres .
    vos discours ne passent plus , arrêtez vos mensonges de patriotes alors
    qu’ en tant qu’ Anjouanais je sens votre hypocrisie lorsque je me trouve à Volovolo
    nous ne sommes pas les bienvenue .
    Cet crise de Mayotte met à nu le manquement et l’ insuffisance de nos devoirs au pays face notre population
    qu’ on soit Grand-Comorien, Mohélien,ou Anjouanais tout le monde souffre dans ce pays corrompus .
    Arrêtez de vouloir rajouter Mayotte dans une misère sous prétexte d’ une quelconque intégrité mensongère .

  3. Je ne sais quel moustique vous a piqué.
    Insultez vous,genocidez vous, haissez vous rien ne changera .
    seule le travail que l’on accompli au quotidien nous ouvre la porte du bien vivre et non le travail d autrui .
    Quel naïveté! que gâchis et quel manque d analyse
    Ni la religion, ni la culture et encore moins la couleur de votre peau ne vous feront jamais prendre conscience.

  4. Cher Idriss ce journaliste a raison. Les Comores est une invention coloniale. Une idée que tu prétends combattre. Tu es en contadiction avec tes idées. Que tu parles d’une confédération ça se comprend mais parlez d’un peuple est une aberration. Les belges et les suisses parlent français et partagent les mêmes cultures. Ce n’est pas pour autant ils sont français. Maintenant votre petite magouille ne passe plus. Les mahorais ont révélé au monde entier, le vrai visage des comoriens. Jusqu’à présent, on était en retrait mais maintenant, on va vous rendre la monnaie de vos mensonges. La diplomatie française commence à comprendre que vous n’êtes pas des hommes de paroles.

  5. Les maorais préfèrent vivre des souche citoyens français plutôt que de faire appartenir un état mort -né qui s’appelle COMORES , je suis mohélien et je suis parfaitement d’accord avec eux , Mayotte pour les maorais tout comme Ngazidja est pour les wagazidja , mohéli pour les mohéliens et anjouans pour les anjouanais , c’est triste mais c’est la réalité que nous vivons chaque jour. Alors , si jamais un jour Dieu me donne le pouvoir d’acceder à la magistrature supreme des Comores en tant que président , je reconnaitrai à l’assemblée des Nations Unis le choix des maorais pour la France , et même si ça va me couter la vie. Fini l’hypocrisie .

    • Cher Ally Daja, je partage avec vous votre déception et non votre vision réductrice. Vous êtes comorien et les Comores attendent de vous. Ceux qui inspirent aux gens les pensées chauvinistes, régionalistes, séparatistes, c’est à dire se reconnaître d’une telle ou telle île sont ces politiques égoîstes, égocentriques et qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels et leur pouvoir. Ce sont les Azali, les Mohamed Bacar, les Sambi etc. Si vous raisonnez ainsi, l’union fait la force (un commerce, une économie et une grande culture avec plus du monde, cela est plus sûr que deux personnes). Pourquoi d’après vous, l’Amérique est USA(Etats Unis D’Amérique ?, l’URSS(Union des Républiques Socialistes Soviétiques, UE(Union Europenne ? Et même l’idée des Etats Unis D’Afrique a été proposée). C’est tout simplement parce plus on est plusieurs, plus on arrive à faire quelque chose de grandiose mon cher Ally. Pourquoi la France cherche à coloniser le monde depuis des siècles, c’est pour tirer profit à grande échelle et pas pour servir sérieusement ses colonies. Sinon pourquoi demander des indépendances (l’Afrique, l’Asie, la Corse, l’Amérique du sud, les Antilles, Nouvelle-calédonie etc) ? Imaginez tout l’argent que la France récupérait de partout dans ces colonies, les travaux forcés, les terres occupées par les colons, les colonies de peuplement(tous les français sont envoyés dans ces colonies pour exploiter le maximum nos biens ), les taxes coloniales etc. Le vrai problème des pays indépendants, c’est un problème politique. Sommes-nous maudits, voir par exemple le printemps arabe(les soulèvements des peuples arabes, libye, Tunisie etc). Cependant, vous devez comprendre que toute cette instabilité vient du fait que la France fait tout pour que rien ne marche pour avoir une main mise dans ces pays. Elle soutient par tous les moyens des dictateurs, des séparatistes, la corruption active pour que rien ne marche. Helas ! la raison du plus fort est toujours la meilleure.
      Donc si Mr Ally vous réfléchissez un peu, vous comprendrez que les Mahorais ont choisi La France par la misère alors qu’elle a fait 150 ans de colonisation. Pouquoi elle n’a rien fait pendant un siècle et demi ? Aujourd’hui tout le monde dit en France que Mayotte est trahie et oubliée et les Mahorais se soulèvent pour des revendications sociales. Voilà le jeu de la France. La France n’est jamais une vraie copine. Enfin, Mr Ally vous pouvez devenir notre président providentiel qui peut unir tout le monde dans la prospérité avec nos compatriotes de Mayotte. On a un seul malaise, la pauvreté et la misère que produisent nos dirigeants, si cela change un jour tout le monde se réjouira d’être comorien.
      A.ISSA

  6. Anjouannais grand comorien mohelien c est pas ma famille ne le seront jamais vous avez pris votre chemin et nous le notre trouvons une solution qu’ ont vivent en armonie c est tout sur tout vos dirigeants et arrêtez les mensonges ça fait 40 ans que vous êtes de votre côté pas d évolution les élus corrompu il y a que ça chez vous ils divisent les peuples votre journal appartient à ses gens le peuple comorien souffre ne vous voilez pas la face ,C est une solution qu’il faut trouvé arrêtez les mensonges

Répondre à Jean marc NAGES Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*