MAYOTTE RÉPOND AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET A LA PRESSE NATIONALE A PROPOS DES KWASSA KWASSA ET DU « COMORIEN »

Lorsque l’humain est exploité inhumainement par d’autres humains, ces derniers se nomment des criminels. Et lorsque des criminels  font  fortune de manière organisée, cette entreprise s’appelle une mafia. 

Il faut ainsi identifier le commerce des Kwassa Kwassa, le nommer à travers ses composantes et sa réalité. Le condamner au plus haut niveau au nom de l’humain et au même degré que le crime qui est commis. Puis le combattre à sa racine pour l’anéantir définitivement. 

Concernant le Commerce des Kwassas et du Comorien dont parle Emmanuel Macron. Il faut  dépasser l’hypocrisie. Il faut dire clairement que nous sommes en face d’une mafia comorienne, implantée aux Comores. Celle-ci tue chaque année des centaines d’innocents. Il faut arrêter la niaiserie de traitement de cette affaire.  

Ainsi, lorsque notre Président affirme que « les Kwassa Kwassa c’est à Mayotte ». Nous disons faux. C’est une erreur ou volontaire ou involontaire d’interprétation qu’il faut revoir et corriger. 

Les Kwassas Kwassas sont fabriqués aux Comores, vendus aux Comores, exploités aux Comores. Ils partent des Comores, ils transportent des Comoriens, conduits par des Comoriens vers le Département français de Mayotte. 

Dans le « Manifeste du discours mahorais »  publié le 13 octobre 2016 par un collectif de chercheurs, intellectuels et journalistes de Mayotte la focalisation est  pleine d’humanité et de générosité. Elle évoque les Kwassa Kwassa et ses victimes. 

Les auteurs identifient le phénomène, ils l’analysent et dénoncent l’exploitation des citoyens comoriens aux Comores par des Comoriens  dans le silence total de leur Etat et des Organismes Humanitaires Internationaux. 

« Le discours mahorais affirme que Mayotte, cinquième département français de l’Outremer et 101ème Département de France se propose et doit être appréhendée dans ses ambitions démocratiques et dans son refus d’être assimilée ou absorbée par une dictature de son voisinage. 

Bien au contraire, le projet de Mayotte appelle à prendre conscience que l’île subit pleinement la faillite de l’État comorien et l’entêtement de ses présidents respectifs à déroger à la nécessité inviolable de la démocratie dans leurs frontières.

L’échec de l’État dictatorial comorien a d’emblée trois conséquences visibles à Mayotte. 

La pauvreté des Comores.

La violation des droits citoyens et la corruption.

Et enfin, le départ massif des immigrants vers Mayotte, par tous les moyens.

Profitant de cette misère, un réseau mafieux soutenu par l’Etat et les hommes d’affaires provoque un drame insupportable qui se joue dans le lagon de Mayotte avec la complicité affichée, sans vergogne, des autorités  des Comores.

Ce Commerce criminel s’étend, désormais, à toute la région. Des ressortissants des Gouvernements malgaches, des candidats des Etats africains s’installent à Nzuwani (Anjouan) et attendent le départ des Kwassas pour entrer illégalement à Mayotte.

Nous savons que la traversée en Kwassa-kwassa coûte cher, c’est un commerce juteux et criminel qui profite au réseau constitué à Anjouan. Il faut compter par personne, entre 300 et 900 euros selon le nombre de passagers et la période. 

Lorsque l’on sait le nombre de passagers que transportent certains Kwassas, on réalise alors rapidement les sommes en jeu.

L’économie souterraine des Kwassas engendre annuellement des millions d’euros. Où vont-ils ? Qui tire profit de ce drame ? La diaspora comorienne de Mayotte constitue une rentrée d’argent importante pour l’État comorien, argent dont il ne peut certainement pas se passer, au regard de sa faillite ! »

Ensuite, face à ces firmes criminelles, il convient de proposer une réponse adéquate qui mette fin à ce drame « du Comorien ».

 

Nous affirmons que L’État de l’Union des Comores est bien au fait de ce commerce, pourtant aucune mesure n’est prise pour condamner ce fléau criminel et mortifère. Ce que Mayotte entière condamne fermement.

Ce Commerce criminel s’étend, désormais, à toute la région. Des ressortissants des Gouvernements malgaches, des candidats des États africains s’installent à Nzuwani (Anjouan) et attendent le départ des Kwassas pour entrer illégalement à Mayotte.

Par: Alain Kamal Martial, Yasmina Aouny, Yazidou Maandhuii, Zaidou Bamana

8 commentaires sur MAYOTTE RÉPOND AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET A LA PRESSE NATIONALE A PROPOS DES KWASSA KWASSA ET DU « COMORIEN »

  1. Ah bon.

    Donc moi je suis de la planète terre. Donc tout m’appartiens.

    Marrant en tout cas que vous ne fassiez pas la différence entre une région géographique (les comores) et un pays (

  2. 1200€ c’est une misère pour vivre vu le coup de la vie et les impôts à payer.

    C’est sur que pour les comores c’est une fortune, à condition d’y vivre…

  3. Intéressent…

    Et c’est toujours la faute de l’autre hein. Tellement plus facile…

    Mais très intéressant.

    Sinon oui, Mayotte fait partie de l’archipel des Comores mais est française. Je ne vois pas le problème ni ce que sa change. Je pense que si Mayotte avait été d’emblée comorienne, elle serait aussi pauvre que le reste des Comores. Je ne vois pas en quoi ca aurait rendu les comores riches.

    Sur 15 coups d’états, le France fut responsable des deux premiers… donc je rejoint : si vous n’aimez pas la France quittez là. C’est simple. L’Union européenne est grande. Allez travailler en Pologne ou en Italie, voire en Autriche. Vous verrez comment vous serez accueilli.

  4. J’ai pris le temps de lire vos commentaires!
    Quoi qu’en dise les journalistes mahorais, Macron; à travers ses dires a clairement meprisé « le Comorien! « A ce niveau là, en tant que Président, pardonnez moi, mais il n’y a aucune excuse! Mais je dirai qu’il pouvait se le permettre, apres tout il a été accueilli chaleureusement avec tous les honneurs qui se doivent lorsqu’il est arrivé à Mayotte! Mais j’avoue que cela ne m’a pas surpris! Il y a quelque chose chez le comorien qui a attrait à la soumission! A chacun de se sonder!
    Quand aux mahorais, vous avez choisi la facilité, mais encore une fois cela ne m’étonne pas! Vous avez privillégié vos interets personnels, vous avez choisi de rester Francais, vous vous etes coupés d’une partie de vous meme! Ne vous leurrez pas, l’Autre vous cherchera toujours, meme dans la mort!
    Pendant qu’il y a cette réalité de souffrance, se profilent criminels et mafias et associations sous couvert de bonnes volontés de tout bord qui se jouent du peuple! Malheureusement celui ci en patit! Tout le monde le sait, mais personne ne se léve VRAIMENT! Mais je dirai que les comoriens se dépouillent de leur essence, de ce qui fait d’eux un peuple uni, solidaire dans une intelligence et des capacités qui les relevent! On prefere se plaindre, etre à la botte de…et on s’oublie!
    Nous sommes un peuple musulman, nous avons des racines communes, nous sommes peut etre un peu « trop gentil et docile » et nous avons oublié qu’il était juste de se battre pour une juste cause « l’unité, la justice, l’éducation, le respect, la dignité, la droiture » Il n’y a pas d’excuses au propos du Président Macron et cela me désole de constater qu’il y a des mahorais, des anjouanais, des ngazidjas qui cherchent à justifier ses propos!
    En ces nuits de destin, en cette période sacrée, j’ose encore espérer qu’il y aura des hommes et des femmes qui sauront toucher le coeur et la raison d’une majorité de comoriens pour une reelle perspective d’avenir ou le « moi » « l’interet personnel » ne primeront plus sur l’interet du peuple, de tout un peuple!
    A bon entendant, si toutefois vous me comprenez!
    Nadia

    • L’histoire de Mayotte et les comores ne se trouvent pas dans les manuels par ce que celà ne ferait qu’augmenter cette haine déjà existante. Au 19ème siècle, la population mahoraise ne comptait pas plus de 10 000 habitants. L’école française se mettait tout juste en place mais personne n’y allait par méfiance(on apprend tout ce qui est contraire à la religion musulmane, on disait) . La société Bambao (française) qui avait besoin de mains d’oeuvre notamment pour l’administration a dû recruter au comores pour s’occuper de certaines taches. Ils étaient pour la plupart chef d’équipes (ils savaient lire et dire et écrire) contrairement aux mahorais analphabete. Cette supériorité hierarchique leur donnait un champ libre pour faire ce qu’ils voulaient. Ils prenaient ce qu’ils voulaient dans les champs, pire, violaient des petites filles sans être inquiété. Les familles ne pouvaient rien dire ni rien faire de peur de perdre leur travail. Une semaine rapportait 2kg de viande, 1kg de sucre et 2kg de riz et une boite de tomate concentré. Ce qui était conséquent par rapport à celui qui n’avait pas de travail. Pendant un siècle, les mahorais vivaient avec ses criminelles sans pouvoir faire quelque chose. Nous étions le peuple le plus méprisé des 4 îles. Les maorais ont compris de l’intérêt de faire des études pour pouvoir s’exprimer et se faire entendre. L’occasion s’est alors présentée lors du processus qui a mené au choix de l’indépendance des comores et le maintien de Mayotte dans la france. Ce sont eux qui nous ont permis de nous réveiller. Pensez vous que notre choix de nous séparer était irréfléchis. nous avons des mères souillées par ces gens. Un comorien ne pouvait pas épouser un maorais, c’était la honte. Tout sauf ça. Ils nous ont humilié pendant un siècle. Aujourd’hui, ils sont en train de récolter ce qu’ils ont semé. C’est le châtiment de Dieu qui les frappent. Ils veulent qu’on en fasse parti. Il n’ont aucun projet sur Mayotte si ce n’est asseoir leur pouvoir sur nous et continuer comme avant. Mais ce qui m’étonne, ils ont l’air d’avoir oublié les faits. C’est pour cette raison qu’ils évitent de débattre sur le sujet avec les élus mahorais. C’est tout simplement du mépris. lls veulent nous humilier encore avec l’accord de l’ONU. Alors celui qui pense que nous avons fait le mauvais choix, laisse Dieu en décider, nous l’assumons. Alors assumez le votre. Ne pousser pas vos familles au suicide sous pretexte que l’ONU est avec vous. l’ONU n’empêche pas les guerres dans le monde.Trouver une solution pour développer les comores. Le pétrole ne changera rien. Si les gains ne sont pas repartis équitablement. Ce qui est déjà le cas.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*