Mayotte:Le calme après 3 jours de violents affrontements

Mohamed Nassur
Mohamed Nassur

Après une nuit sans incident majeur, l’activité redémarre petit à petit dans la zone industrielle de Kawéni qui était encore hier stoppé, suite aux violents affrontements causés par les deux bandes rivaux. La circulation des transports a repris à l’intérieur de la zone conflictuelle. Cependant les habitants n’ont pas osés se rendre à leurs lieux de travail et sont restés chez eux par peur de représailles.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Afin de mieux maitriser la situation, un peloton de gendarmes mobiles de 16 personnes a été envoyé Mardi Matin à Mayotte au départ de la Réunion après une succession de violences dans le nord de l‘île. Une information confirmée par René Bouvet responsable de la communication de la préfecture de Saint-Denis.

Selon le ministère de l’outre-mer, les renforts envoyés par la préfecture de la Réunion, serait un geste positif vis-à-vis de la population, très occupée par les violences accrues dans l’île. C’est un moyen de montrer que l’ordre républicain est garanti à Mayotte.

Le dispositif de barricade par la gendarmerie a été levé lundi soir par la gendarmerie aux environs de 23H. A part trois poubelles de tri sélectif brûlé par les jeunes du côté de Majicavo, aucun incident majeur n’a été signalé. Du côté de Kawéni, aucun incident signalé non plus.

Un message appelant au calme.

Mohamed Nassur El Mamouni « chargée de mission sur l’avenir des cadis »s a décidé de prendre les choses en main en rencontrant les jeunes dans leurs villages respectifs afin de débattre sur le retour au calme dans les deux communes. D’après Mr El Mamouni, « les jeunes ont fait preuve de grande maturité en prenant la décision de se contrôler mutuellement, de créer une émulation positive », rapporte le représentant des cadis, lui-même surpris.  Après cette entrevue, le maire de Mamoudzou, les jeunes et le cadi se sont rendus à la mairie de Koungou afin de signer un acte de fin d’affrontement.

Il aimerait que ce pacte entre ces jeunes soit un exemple, que celui-ci puisse être appliqué dans toute l’île notamment sur les conflits entre Dembéni et Chirongui.

Sanyah/Comores infos

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*