Media : Mmadi Moindjié chassé d’Al-fajr

Le plus jeune quotidien du pays mais aussi le plus nul doit désormais faire peau neuve. Son directeur général et directeur de publication Mmadi Moindjié, est remercié il y a quelques jours par les propriétaires du journal qui en ont vu de toutes les couleurs depuis que le désormais ex directeur tenait les rênes du canard. Il est accusé d’une gestion chaotique. Autres circonstances aggravantes, la qualité médiocre du journal avec ses articles qui, hormis la vacuité avec laquelle ils sont mis sous presse, font au moins trois fautes soit d’orthographe, soit de grammaire dans chaque phrase rédigée. Un véritable torchon, pour être direct !

 

Mais si la qualité n’a jamais été la préoccupation de Moindjié, l’éthique non plus. Selon des sources internes, il faisait payer des articles qui en principe devraient passer sans rançons aucun. La période de désastre d’Al-fajr était pendant les élections où la Une du journal n’a jamais été décidée après appréciation de son contenu. C’était les dessous de table que donnaient les candidats qui décidaient la soupe que le journal va faire boire à ses lecteurs le lendemain. Pas la peine d’aller loin dans cette pièce obscure même si nos interlocuteurs s’étaient laissé aller dans l’évacuation du trop-plein de leur cœur. Les lecteurs attendent désormais un journal digne, et non un bulletin dont la plume est orientée à la guise du plus offrant.

 M.Djoumbé/Comores-infos

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*