Médias : L’Ortc a célébré la journée de la radio

ortcL’Officie de la radio et télévision des Comores, a célébré la journée internationale de la radio. Plusieurs d’activités sont organisées à la direction générale de la protection civile (Cosep) pour marquer la journée. L’Ortc a profité de cette occasion pour rendre hommage à certains journalistes de la société qui ont marqué la profession.

Le 18 décembre dernier, l’assemblée générale des Nations Unies a approuvé la résolution de 2011 adoptée par la conférence générale de l’Unesco proclamant une journée mondiale de la radio le 13 février, jour de la création de la radio des Nations Unies en 1946. A la première édition, la deuxième célébration a eu lieu hier à Moroni par des activités de l’ORTC. «La naissance de la radio au XIXe siècle a inauguré l’ère de la communication moderne », déclare Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco dans son message à l’occasion de la journée mondiale de la radio. Depuis lors, ajoute-t-elle «le monde s’est radicalement transformé, mais la radio n’a pas pris une ride».

Pour célébrer cette journée, l’Ortc notamment le département de la radio, a installé ses équipements à la direction générale de la sécurité civile ancien Cosep pour « être tout près de la population», se justifie le directeur général de ce médias public qui pense comme beaucoup de journalistes spécialistes de la radio que « la radio est le medium le plus chaud du monde ». « Tout le monde peut capter la radio partout où il est », pense Faouzia Ali Amir, ex-rédactrice en chef de la radio. L’Ortc profite de la journée pour rendre hommage au doyen de ses journalistes Charif Said Mohamed. Ce dernier était parmi les techniciens, les plus anciens de la boite.

Des 6h du matin à 16h, toutes les émissions ainsi que les journaux de Radio Comores ont été émises en plein air. Les anciens journalistes y étaient conviés tour à tour pour donner leur avis sur l’évolution de la radio au niveau mondial ainsi que dans notre pays. A l’ère des nouvelles technologies, la radio semble menacée dans sa place de medias la plus suivie en matière d’information.

Mais tous les invités du jour pensent la même chose. « Même s’il y a l’Internet, la radio reste le media de marque », estime Mohamed Cheikh Charif Abdallah, secrétaire général du ministère de l’information qui annonce que le ministère a un programme spécifique « cette année pour mettre de l’ordre dans les rédactions ».

La radio est arrivée à Moroni « depuis 1967 après son transfert de Mayotte », rappelle Dr Ahmed Ouledi et Maoulid Soilih d’ajouter que « c’est en 1975 que le président Ali Soilih a rendu obligatoire l’usage de la langue nationale sur les ondes de la radio nationale », après le départ de l’ORTF (Office de radio et télévision française). Quant à la langue arabe, elle est écoutée sur Radio Comores depuis 1980.

Ibnou Mohamed Abdou HZK-Presse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*