Mémoire: En 1992, Azali a fait tuer Apache et attaché sa dépouille sur le capot d’un véhicule

En septembre 1992, Azali Assoumani a fait assassiner son frère d’arme Apache et attacher sa dépouille sur le capot d’un véhicule.

S’il est vrai comme le dit le journaliste Alain Foka que « Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme », il est aussi nécessaire voire indispensable que chaque peuple prenne conscience qu’il faut reconstituer sa propre histoire.

Nous sommes au mois de septembre 1992. Apache, un ancien de l’armée française, se trouvait mêlé à une rébellion militaire née de l’échec d’une tentative de coup d’Etat visant à renverser le président Said Mohamed Djohar. 

Le chef de bataillon Azali Assoumani (son grade à l’époque comme l’indique un article de PANA) a fait donner l’assaut à l’endroit où se trouvait caché Ahmed Abdallah alias Apache qui y a trouvé la mort. 

Des soldats ont ensuite attaché la dépouille sur le capot arrière d’un véhicule militaire et l’ont promené à travers la ville de Moroni.

« Cette exposition du corps, contraire en tout point à la culture et aux convictions des Comoriens, avait alors ému l’opinion, particulièrement à Foumbouni où on garde encore un souvenir douloureux de l’événement », commente l’auteur d’un article sur Panapress.

En mai 2019, les Comoriens de Marseille, vent debout contre le régime dictatorial d’Azali, on posé un faux cercueil sur un véhicule et simulé la mort d’Azali Assoumani. Une reproduction parodique qui provoque émoi et indignation du côté des soutiens au régime.

Photo: faux cercueil d’Azali Assoumani le 26 mai 2019 à Marseille

2 commentaires sur Mémoire: En 1992, Azali a fait tuer Apache et attaché sa dépouille sur le capot d’un véhicule

  1. à K.T.M , je me demande si vraiment t’es normal , franchement . Penses tu vraiment qu’un dictateur ou même pas un dictateur mais une personne ordinaire qui sème la terreur et répertorie les morts de ses innocents concitoyens n’est pas un homme à abattre? Selon toi , Azali a le droit de prendre la vie des autres , mais en aucun cas il ne faut pas souhaiter sa mort . Je parie que si jamais tu me surprend envoyer en l’air ta femme la rage t’emporterai de me tuer sans hésitation , n’en parlons plus qu’on t’apprend qu’on a massacré un membre de ta famille . Alors arréter tes coneries car la mort de ce voyou serait une délivrance d’un pays , une bénédiction de Dieu , et c’est avec impatience que le peuple attend sa mort tragique .

  2. Gnombé gnombé gnombé gnombé c comoriens, ils n’ont vraiment rien dans leur tête. Allez jusqu’a vouloir la mort d’un être humain en plein mois de ramadan après ils prêtant être des musulmans

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*