Micro-finance : formation du personnel des Meck et Sanduk de Ndzuwani

Finance_anjouanUne formation en micro-finance, au bénéfice du personnel des établissements de micro-finance de l’île de Ndzuwani (Banque de développement, Meck et Sanduk), a lieu du mercredi 3 au dimanche 7 octobre à l’hôtel Mapongé de Mutsamudu. Vingt-sept agents de la Banque de développement des Comores et des réseaux mutualistes Meck et Sanduk y prennent part, “pour partager leur expérience”, d’après le communiqué de presse officiel.

Elle est dispensée par le Centre d’études financières, économiques et bancaires (Cefeb) de l’Agence française de développement (Afd), en collaboration avec l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef). Cette formation se déroule sur le thème du “contrôle interne”. L’Afd, qui a créé le Cefeb pour “contribuer au renforcement des capacités de ses partenaires”, aide, à travers ce type de formation les gestionnaires des Meck et des Sanduk à mieux connaître leur travail.

Selon l’Afd, à ce jour, plus d’une centaine de cadres comoriens, issus du secteur financier, de la gestion de projet et des collectivités territoriales, ont bénéficié de ce genre de formation. Les institutions de micro-finance de Ndzuwani, au premier rang desquels se positionnent les Sanduk, jouent un rôle de plus en plus important dans la vie économique de l’île, en boostant le petit entrepreneuriat et le commerce.

De par leur statut de réseaux mutualistes, leur gestion a été dès les débuts de leur création (au milieu des années 90) confiée à la communauté, autrement dit aux premiers volontaires déclarés. Mais ces mêmes Sanduk, qui avaient débuté avec quelques adhérents, se trouvent aujourd’hui avec cinquante mille épargnants et cinq milliards de fonds d’épargne, d’où la nécessité d’avoir un personnel plus qualifié.

L’Afd avait pour cela proposé un remplacement pur et simple de l’ancien personnel pris dans le tas par des gestionnaires formés en la matière, mais cette vision n’a pas été partagée par la direction de l’Union des Sanduk de Ndzuwani. Cette formation de recyclage apparaît donc comme la seule alternative qui restait.

Sm

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*