En ce moment

Mise au point du coordinateur du NEM

Mr le coordinateur du NEM, nous avons juste trois questions pour éclairer l’opinion.
Q : Comment évolue votre mouvement NEM?
R : Le NEM (Ndzouani En Marche) se porte à merveille, et travaille efficacement pour répondre à ses objectifs.
Le NEM a subit un trou d’air après la disparition brusque de son leader Mohamed Jaffar qui était un homme de conviction et un combattant hors pair. Le NEM s’est relevé avec un changement de bureau qui a du coup aussi éliminé certains éléments nuisibles qui torpillaient la bonne marche de ce mouvement naissant. Dès mon accession au poste de coordinateur, nous avons engagé une politique unificatrice de tous les partis, mouvements et personnalités pour former un bloque dur contre la dictature, et surtout pour le retour à la normale constitutionnelle des accords de Fomboni. Nous nous félicitons de voir aujourd’hui la tendance tout à azimut à l’union initiait par nos soins, tremplin d’une prompte réussite à nos objectifs.
Q : Justement de cette dynamique d’union contre Azali, elle a engendré plusieurs organisations comme le COMRED, Front de Résistance, Pacte de Paris et bien d’autres. Quid de votre positionnement et avenir?
R : Nous sommes un mouvement indépendant qui réuni plusieurs tendances mais avec un dénominateur commun, le respect des accords de Fomboni et la tournante 2021 pour Anjouan.
Toutes les organisations visant les mêmes objectifs, nous devenons systématiquement des proches. Le CNT, COMRED, Union de l’opposition et bien d’autres d’opposition sont des partenaires. Mais il y a une tendance fâcheuse de certains responsables de ces organisations à exagérer en nous occultant et à en nous assimilant à leurs groupements et parler à notre nom. Ils se trompent lourdement. Nous ne sommes pas de COMRED ni à d’autres par ailleurs, nous sommes indépendants et nous sommes majeurs pour parler nous-mêmes. Nous avons nos militants qui nous représentent partout dans les iles, en France et plus généralement dans la diaspora.
Par ailleurs nous n’aurions de cesse de réclamer la convocation du collège électorale des présidentielles de 2021 dans les meilleurs délais conformément aux accords de Fomboni.
Q : Une dernière question, Mr le coordinateur, nous constatons une fuite massive des cadres anjouanais vers Mayotte, qu’en pensez-vous ?

R : Effectivement il est à déplorer ces derniers temps que bon nombre de notre intelligentsia fuient vers Mayotte. Je trouve cela dommage car notre combat légitime mérite d’être soutenu aussi par les cadres de notre île, nous avons vraiment besoin de tout le monde et particulièrement à eux ici en ce moment dur.

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*