Mohamed Halifa ‘‘Conscientiser davantage les Comoriens pour qu’ils participent à la conservation de notre riche biodiversité’’

‘‘Intégrer la biodiversité pour le maintien des populations et de leurs moyens de subsistance’’, tel est le thème sous lequel a été célébrée cette année la journée internationale de la biodiversité. Pour la première fois, les Comores se sont jointes au reste du monde pour commémorer l’événement.

La journée internationale de la biodiversité a été célébrée, pour la première fois, le lundi 22 mai à Moroni. La cérémonie, organisée à cette occasion à Mdé, avait enregistré la participation d’un représentant du Pnud, d’un parterre de cadres du ministère de l’Environnement ainsi que de nombreux étudiants de la faculté des Sciences de l’Université des Comores (Udc) et élèves du Groupe scolaire Fundi Abdoulhamid (Gsfa).

Selon Mohamed Halifa, délégué à l’Agriculture, le gouvernement met à profit cette journée pour «sensibiliser et conscientiser davantage le public comorien pour qu’il participe activement à la conservation de notre riche et remarquable biodiversité».

image

Il a surtout rappelé la place de choix qu’occupent les Comores au classement mondial de la biodiversité.  «Les écosystème côtiers de l’archipel sont classés parmi les quarante-trois régions marines prioritaires de la planète en raison de leur spécificité biologique. Certaines de nos forêts font partie des 200 biomes mondiaux les plus importants’’, a-t-il ajouté.

Pour Mohamed Halifa, la conservation de la biodiversité ‘‘doit devenir, dans notre pays, le support pour le développement d’activités génératrices de revenus. Et la protection du cœlacanthe, des chauves-souris, de Livingstone, des tortues marines et autres espèces emblématiques doit aller de pair avec une politique qui donne à nos communautés l’espoir d’une vie meilleure avec une nature protégée et un environnement sain.’’
Il a enfin fait part des multiples menaces qui pèsent sur la biodiversité, notamment l’accroissement démographique, les changements climatiques, le développement économique et l’introduction d’espèces exotiques envahissantes.

De son côté, le représentant du coordinateur des Nations unies, Karim Ali Ahmed, a fait lecture du message du Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, à l’occasion de cette journée.  «La biodiversité et les services rendus par les écosystèmes sont les fondements mêmes de la vie sur la terre ; les moyens de subsistance et de bien-être des hommes partout dans le monde en dépendent.

Nous devons absolument protéger la biodiversité et empêcher qu’elle continue de s’appauvrir afin de garantir notre avenir collectif», a-t-il plaidé, avant de poursuivre : «En cette journée internationale de la diversité biologique, j’exhorte tous les gouvernements et toutes les parties prenantes à préserver toutes les formes de vie sur la terre et à garantir leur pérennité pour les générations présentes et à venir. La préservation de la diversité biologique est une clause essentielle du pacte que nous avons conclu les uns avec les autres et avec notre planète nourricière.’’

Chamsoudine Saïd Mhadji / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*