Monsieur Azali ! Un dialogue trompeur, les comoriens n’en ont pas besoin

Opinion libre: Lors du sommet shino-africain, en marge des travaux, AZALI, le dictateur s’est encore une fois moqué des organisations mondiales en assurant au Président de la Commission Africaine sa disponibilité à l’ouverture d’un dialogue intercomorien. De la poudre aux yeux au moment où les prisons et les brigades des îles reçoivent de plus en plus des politiciens et des citoyens qui sont arbitrairement accusés d’être opposants au régime.

Les comoriens n’ont pas simplement besoin d’un semblant de dialogue puisque les conditions d’un tel dialogue sont impossibles compte tenu du projet machiavélique d’AZALI.
Un tel dialogue ne saurait se tenir sans un préalable fondamental; la libération des personnalités victimes de la folie arbitraire d’un homme qui se prend Dieu alors qu’il ne mérite même pas d’être un homme.
Le dialogue serait caduque sans le principal opposant à ce pouvoir minoritaire. Cet homme qui fait trembler AZALI et sa cohorte entame sa cinquième mois de détention dans l’injustice et l’humiliation la plus totale.

L’Union Africaine doit tirer la leçon de deux situations qui ont secoué et secouent le continent noir: la crise au Soudan et celle du Kenya. Celle des Comores peut être pire car d’un côté il y a un homme qui a l’adhésion de plus de 90% de la population et de l’autre un dictateur qui ne tient son salut qu’aux militaires et le regroupement des opportunistes arrivistes qui ne peut satisfaire que deux besoins: le ventre et la poche.

Un mouvement international « STOP AZALI », selon mes sources, va être activé le 22 septembre dans les capitales et grandes villes de France, de Magagascar, de la Reunion, des Comores…pour prévenir le chaos que se rend coupable AZALI.
En prenant l’ancien Président et faiseur de rois SAMBI en otage, AZALI s’assure de sa sécurité personnelle et de la survie de son régime répressif.
Darinadjah et Mrodjou vont jeter leurs dernières énergies pour empêcher les coups d’Etats en cours, et croyez moi, qui a bu boira.
J’ai un mot à l’endroit des victimes de la noire répression: l’ancien Ministre IDI, l’écrivain SAST, l’ancien Directeur de cabinet du Gouverneur MAHAMOUD MOHAMED ELARIF; les centaines d’autres anonymes sur les affaires fabriquées ( clous à l’aéroport de Mwali, fiction de l’attentat contre « l’ancien vice Président » d’Anjouan, le montage de la tentative du coup d’Etat désignant SAST et Maitre BAHASSANE…

NON à un dialogue trempé dans la manipulation, les manoeuves dolosives et la prostitution des esprits!

BEN ALI.

3 commentaires sur Monsieur Azali ! Un dialogue trompeur, les comoriens n’en ont pas besoin

  1. Ben Ali , il n’est jamais mauvais de s’assoir pour discuter , mais Azali doit comprendre que ce dialogue aura comme principe et ordre du jour « le respect des accords cardres de fomboni , le retablissement des institutions, à commencer par la cour constitutionnelle , et son départ le 26 mai 2021 pour le tour d’ajouan « , contrairement à , il n’yaura qu’un dialogue de sourd , car tout ce qu’il a manigancé jusqu’à maintenant est nul et non avenu .

  2. il y a eu des assises préfabriquées depuis Beit salam et pendant la campagne de ce que j’appelle »mascarade d’assises »,bilan des 43 ans d’indépendance.
    finalement, nous constatons que c’étaient des assises contre les opposants du régime,la preuve pendant 43 ans d’indépendance seul le regime de Sambi en sa personne même qui est tenu responsable de tous les maux dont souffrent les comoriens depuis 1975,bravo aux assistants.
    Autre sujet important mis en cause la constitution de 2001 qui a donné la chance de chaque enfant des îles de briguer un mandat présidentiel au sein de l’union des comores par la tournante et non la tourmente qu’Azali et sa bande instaurent aujourd’hui.
    je reviens sur le dialogue qu’il enchante lors de la réunion en Chine avec l’union africaine,comment peut-on prendre encore les gens comme des imbéciles en enfermant les principaux opposants dans les prisons et parler de dialogue inclusif.
    ce dialogue sera encore sur mesure et aura comme participants la mouvance présidentielle et comme conclusion la continuité à martyriser les opposants.
    J’insiste qu’il est impossible de réussir à un vrai dialogue sans d’abord passer par une vraie réconciliation nationale.
    c’est ainsi que je fais appel aux organisations internationales (Onu,Ua,Ue..) à faire pression sur le gouvernement Azali à accepter une création d’une commission de réconciliation nationale sous l’égide des instances citées çi-dessus et après réconciliation ,le dialogue aura sa place avec des vrais sujets mais pas l’émergence dans la mendicité .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*