Monsieur le président, sautez le ministre de l’intérieur

Le ministre de l’intérieur est en guerre. Il est en guerre contre tout le monde. L’opposition, la société civile, la presse. Allez quelque part, osez poser la question : qui dans ce gouvernement est le plus grand fouteur de merde ? On vous répondra, le ministre de l’intérieur. Si vous poussez un peu le bouchon et que vous demandiez, s’il fallait à tout prix remplacer un ministre dans ce gouvernement, lequel demanderiez à voir partir ? La réponse tombera : le ministre de l’intérieur.

Le ministre de l’intérieur est ivre de son pouvoir, de sa toute-puissance, de ses milices gonflées aux stéroïdes. Il fait la pluie et le beau temps en son royaume. Interne qui il veut, insulte qui il veut, emprisonne qui il veut et fait torturer qui il veut. Il se dit même qu’il a mis sur écoute un nombre incalculable de citoyens. Tout cela, en foulant aux pieds, les lois les plus élémentaires.

Le président Azali a de la chance. Il a avec lui, un ministre qui pourrait jouer le rôle de fusible. Qui pourrait donc être sauté. Encore faudrait-il que le président soit conscient de sa popularité qui vole au ras des pâquerettes. Qu’il soit conscient de la gifle infligée par les citoyens comoriens lors du référendum, qui se sont présentés faiblement. Qu’il soit conscient que s’il veut se présenter aux élections en 2019, il doit soigner son image. Et celle-ci est dévastée, entachée, réduite à néant en grande partie par un homme : le ministre de l’intérieur.

Que s’il le sautait, s’il le remplaçait, s’il le limogeait, il gagnerait quelques points de popularité. Il enverrait un signal fort au peuple comorien : il ne veut plus d’un délinquant notoire qui mène son petit monde par la baguette, adepte des expéditions punitives, arrogant, imbu de sa personne et bête comme ses pieds. Un ministre qui n’a pas pu empêcher l’horrible agression du gendarme et qui au lieu de la fermer, s’enfonce chaque jour dans la gadoue si bien que bon nombre de citoyens pensent qu’il est derrière cet attentat. Un ministre tellement bête qu’il a tout fait pour qu’on sache que oui, il y a eu bourrage massif d’urnes et qu’il en est le principal « commanditaire »…

Un remaniement est annoncé. A Azali de prendre des dispositions pour faire grimper sa côte de popularité. Et remplacer le ministre de l’intérieur serait un excellent début.

Abdou Mroivili

4 commentaires sur Monsieur le président, sautez le ministre de l’intérieur

  1. Abdou Mroivili vous êtes pas bien. Tel père tel fils. Azali n’a pas choisi Kiki pour rien. Il savait que le type est un goujat irréfléchi ; il est comme lui. Azali est un impulsif, soldat converti dans le civil avec cette chance exceptionnelle que Dieu lui a donné d’être pour la deuxième fois président des Comores. Mais ce n’est pas que Dieu l’aime particulièrement, c’est pour le tester car Dieu ne donne pas le pouvoir pour rien. Dans un pays comme les Comores, dieu envoie toujours des élus, des autorités qui ressemblent à leur peuple qui lui même est mauvais. Donc Azali ne va pas renvoyer Kiki car Kiki est une arme à double tranchant ou alors le nommé ambassadeur en France ou dans un autre pays ; désormais, il constitue un poison s’il reste dans ce pays sans poste ministériel et Azali le sait

  2. À vous lire, on s’aperçoit que vous vous comprendrez, plus tard, ce que c’est une dictature: Il n’y a pas lieu d’avoir des états d’âmes.Pourle Président, un ou deux points de popularité, c’est pas son souci.

Répondre à Baggio Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*