MORONI EST SALE : les poubelles débordent

Si la capitale se nourrit de l’inconscience, ce que son intelligence fut brillamment marquée par le pitoyable. « Oh, sale odeur de pluie ! Oh, sale odeur du soleil ! ». La ville n’a de comparaison quelle même. Telle quelle est, elle n’a aucune chance de compter dans une classification quelconque. Honte du pouvoir, honte de lui-même et honte de ce qu’il représente. N’avez-vous pas honte d’avoir à gérer un local sans hygiène ? Peut-on dire que ce pouvoir manque d’hygiène mentale ?Je ne le souhaite pas car cela suppose que la santé mentale de la population serait menacée. Vous êtes sensé de comprendre que l’hygiène du corps, l’hygiène mentale bref l’hygiène publique furent un ensemble des conditions sanitaires d’un lieu.

 

Si vous attendez l’apparition du cholera pour réagir en mendicité, cela veut simplement dire que ce pouvoir est donné et doit être châtié. Je supplie les habitants de Moroni d’avoir pitié de notre Capitale puisque l’Etat ne fait rien. Il faut bouger car la faillite de la ville se conjugue à l’inertie de l’opinion .Ailleurs l’Etat s’obstine à faire mieux, toujours mieux .Ici nul n’est sensible ni ne s’indigne ni même ne s’interroge au sujet de ce pouvoir qui ne cherche même pas à voiler sa nudité. Paradoxalement, il est aveuglé par ses mois fastes sans se soucier de son avilissement.

 

Messieurs, la capitalesouffre de ce que vous êtes ; le manque de propreté et d’hygiène. Si tout au moins elle mise dans une bulle de saison, on pourrait peut être frotté. La ville est chatouillée par l’indifférence, par le cœur froid de ce pouvoir qui prend revanche sur lui-même puisque cette ville n’appartient à personne mais au peuple. Alors, sachez que vous n’avez pas le droit de vous fier à votre troublante horreur qui fait hérisser votre peau.

Il nous faut un pouvoir politique capable de réinventer du social propre. On serait tenté de dire que ce pouvoir se partage le bon Dieu et son prophète. Alors qu’il n’est que la forêt de l’illusion « dans une mer de sable ». Moroni demeure le symbole d’une ville mal conduite par un pouvoir dont l’esprit est teinté d’un sectarisme maladif. Je répète, la capitale ne peut pas être « un local sans hygiène ». C’est la ville où la transformation doit être le progrès de tous les jours. Malheureusement, la capitale ne possède que des photocopies trichées puisque les originaux sont trafiqués par un pouvoir qui ne cesse de se regarder. Encore une fois si la ville souffre d’un manque d’hygiène, c’est parce que le pays est géré par l’ombre et invisible. Rares sont les hommes politiques capables de se séparer des « revers de fortune ».

 

Pendant longtemps, je prêchais par naïveté que l’autre ferait, serait l’exception : hélas ! Il ne lui reste que les ambitions à quatre roues sur l’exemple par l’exemple. Actuellement, il y a chez certains hommes politiques, le mystère d’aller toujours plus loin au point de se croire au-dessus des étoiles. La capitale devient un dérèglement de tous les sens à cause des célébrités inconnus qui s’y installent. Elle se trouve au demeurant dans la nomenclature de ni vu ni connu.

 

La capitale a besoin des mains propres pour conduire ses affaires proprement. Il faut pour cela oser dire que telle personne n’est guère propre à cette place. Je me permets de dire que ce que vous faites définit ce que vous êtes.

 

La ville de Moroni refuse ce que vous faites mais ne l’échappe malheureusement. Avec un tel système politique le jeune est empêché de devenir adulte. C’est ainsi que la misanthrope du pouvoir ne cesse d’altérer la vérité. On ne vous demande pas à vous décomposer mais simplement à respecter les gens au lieu de les regarder de manière condescendante.

 

Vous devriez avoir honte de réduire la capitale en déchetterie. Cela déchire le cœur du peuple dans ses cris .Cette déchetterie qui fait marcher tout le monde à pieds nus dans ses chaussures fut une indigence d’esprit. Un pouvoir digne devrait être lié à une méthode critique de la vie des gens .Autrement, comme cela se voit, on tombe l’inaptitude. Où est le patriotisme ? Un pouvoir ne se passionne pas pour se faire de l’argent. Dans un tel état d’esprit, le pays ne peut qu’être pourri et Moroni ne peut qu’être sale dans la saleté.

 

Ce qui m’étonne personne n’ose dénoncer ce déplorable insupportable. Y a-t-il de la sorcellerie évocatoire ? Ces hommes de pouvoir qui n’ont aucun principe, qui s’enferment dans le règne d’apparence, s’enfoncent dans un parano incurable. Vous le savez sans doute « qu’un pouvoir qui ne s’incarne pas est un pouvoir qui ne s’exerce pas ».

LAISSI BEN ALI

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*