Mortalité maternelle élevée aux Comores

Aux Comores, huit femmes meurent chaque mois au cours de l’accouchement. En 2011, l’archipel a enregistré 240 décès sur 100 000 naissances.

Les autorités comoriennes vont débuter le 18 décembre prochain la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (Carmma), une initiative lancée en 2009 par l’Union africaine ainsi que d’autres organisations comme le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).
Dans l’archipel, des progrès ont déjà été notés concernant la lutte contre la mortalité maternelle mais les chiffres restent encore assez alarmants. En effet, si entre 1996 et 2003, une nette diminution au niveau du nombre des mères décédées pendant leur accouchement a été notée, passant de 517 à 380 sur 100 000 naissances vivantes, la situation n’a pas tellement évolué depuis. L’an passé, les autorités ont encore recensé 240 cas sur les 100 000 naissances vivantes enregistrées.
“Il est inacceptable que les femmes continuent à mourir en voulant donner des vies… Agissons tous pour que chaque maman puisse donner la vie sans risquer la sienne”, a plaidé la directrice de la santé familiale, le Dr Nadjwa Abbas.
Celle-ci table sur un objectif de 129 décès sur 100 000 naissances vivantes d’ici 2015 si le Carmma s’exécute normalement.
Ce projet devra se concrétiser notamment par la prise en charge totale des cas de césariennes ainsi que la mise en place d’un outil fiable qui permettra de quantifier au jour le jour aussi bien les nouvelles naissances que le nombre des décès liés à des complications.
Source : Al-Watwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*