En ce moment

Moussa Djabir ou l’incarnation de l’indignité

Bénéficiant d’un mandat du ministre de l’énergie pour le mettre à la tête de la Sonelec, après plus d’un mois d’une guerre entre le ministre de tutelle et celui des Finances pour que sa signature soit reconnue notamment dans les banques, Moussa Djabir vient de laisser sa place de directeur général par intérim de la Sonelec. La raison est honteuse. Par un simple coup de fil de son prédécesseur Abou Said Mdahoma lui intimant au téléphone de laisser les clefs et la voiture au secrétariat parce qu’il était en route pour venir récupérer le bureau, Moussa Djabir n’a rien eu à faire que d’exécuter comme un écervelé.

Djabir n’a pas montré des signes de dignité humaine lui qui dispose d’un mandat pour sa mission. Il a suffi d’un coup de téléphone pour qu’il se liquéfie et affiche à la face du monde combien il n’a d’homme que le corps. Comme une simple pestiférée, sans aucune forme de résistance ni d’estime de soi, même pas à l’égard de ses proches, il a laissé les clefs et la voiture pour se réfugier dans un cachot. Moussa Djabir démontre qu’il n’a aucune ambition dans sa vie. Il est devenu par ce geste, la risée du monde.

Abderemane Said

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*