Mutinerie à la maison d’arrêt de Moroni : 9 détenus gardés à vue depuis dimanche dernier

20 jours après la tentative de révolte calmée par le prédicateur Djibril, une mutinerie a éclaté à la maison d’Arrêt de Moroni après une tentative d’évasion de certains détenus. Selon un responsable du service de gardiennage, la mutinerie a pu être maitrisée, mais la confrontation entre détenus et gardiens s’est soldée par deux blessés du coté des agents de sécurité. Pour le procureur général, les mesures de sécurité ont été renforcées, cependant, l’Onp appelle les autorités à trouver des solutions d’urgence pour la surpopulation carcérale et les conditions de vie en prison
 
Suite à la mutinerie qui a eu lieu dimanche dernier, neuf détenus, considérés les têtes pensantes de la tentative d’évasion sont actuellement entre les mains de la gendarmerie nationale. Maitrisée par les éléments du service de gardiennage de la prison avec l’aide de l’escadron de Moroni, cette mutinerie orchestrée par une bonne centaine de détenus avait pour but d’organiser une opération d’évasion massive des prisonniers.
Selon un responsable du service de gardiennage, la mutinerie a pu être maitrisée, mais la confrontation entre détenus et gardiens s’est soldée par deux blessés du côté des agents de sécurité. “Nous avons pu contenir la mutinerie et aucun détenu n’a pu s’échapper”.
 
287 détenus pour des conditions d’accueils de 100 personnes
Cet acte de rébellion à la maison d’arrêt de Moroni constitue le deuxième événement du genre en moins d’un mois.

 Selon le procureur général, les mesures de sécurisation de la prison ont été renforcées, mais a cependant déploré la situation alarmante de la prison où la situation se détériore davantage.
En outre, l’Observatoire nationale des prisons (Onp) appelle les autorités compétentes à prendre conscience de la situation carcérale.
Selon le président de l’observatoire, Mohamed Abdérémane Hilali, “ces révoltes constatées ces derniers temps à la maison d’arrêt de Moroni ont de nombreuses origines dont les conditions de vie en prison et sa surpopulation. Il est urgent de la désengorger car elle compte actuellement 287 détenus”.
Pour le président de l’Onp, la prison de Moroni est conçue pour accueillir cent personnes au maximum, l’effectif de 287 détenus constitue réellement “un entassement” de prisonniers.
 
    Qu’il y ait autant de détenus dans un espace aussi réduit peut être dangereux dans un avenir proche ; il y a urgence de régler le problème en octroyant des libertés conditionnelles pour bonne conduite ou aux détenus qui ont effectué la moitié de leur peine. Si le problème de la surpopulation et des conditions de vie en prison ne trouvent pas de solution rapidement, il faut s’attendre à une reproduction des actes de ce genre régulièrement.

Pour rappel, suite au décès d’un détenu survenu le 11 septembre dernier, une révolte avait été maitrisée de justesse. Les prisonniers étaient révoltés par la lenteur manifestée par les autorités pénitentiaires après le malaise d’un des leurs, lequel succombera finalement.
Mariata Moussa/ Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*