Mutsamudu ou la poubelle à ciel ouvert 

Opinion libre

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Mutsamudu est défigurée. La capitale croule sous les ordures de toute sorte. L’ile au parfum devient simplement l’île malodorant de l’océan Indien: triste constat de la mauvaise état de santé de la première ville d’Anjouan. C’est le signal alarmant d’un pays qui meurt socialement.

Le pouivoir de l’Union ne fait que mobiliser des militaires pour des repressions excessives, des abus de pouvoirs injustifiés et injustifiables.

Le gouvernorat peine à financer la voirie devant l’asphyxie exercé par le pouvoir AZALI;

La mairie de Mutsamudu n’a aucune proposition et brille par son incompétence. 

Abandonnéé, la population se démotive et les associations ne s’impliquent pas, faute d’accompagnement et de soutien.
Je propose un plan d’urgence où les autorités de l’île doivent faire des ordonnances pour la désignation d’au moins trois sites de de gestion, de tri et d’élimination de déchets. Les autorités doivent être intraitables sur les décisions de l’implantation des sites compte tenu des resistances souvent complaisantes de certains villages qui s’opposent simplement.

Il faudrait même y songer à des expropriations: la gestion des ordures est une priorité des exécutifs et c’est ici qu’on mesure lefonctionnement humain de la société.

Je propose de confier à une entreprise privée cette action pour plus de sérieux et de contrôle.

Un tel projet peut être soutenu par une multitude d’organisations gouvernementales ou non car il cadre avec des objectifs internationaux dans la lutte et la prévention du réchauffement climatique.
BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*