NDO MTAPALO, LE SAMBISME AUX ABOIS

A l’heure où le train ‘’ Iki’’ semble décoller, le sambisme erre dans tous les sens et c’est le sauve qui peut. Le navire prend l’eau, le capitaine perd le contrôle, les matelotsne se retrouvent pas, les passagers cherchent désespérément leurs bouées de sauvetage et tous ne comptent que sur leur sauveur, le Dr Fouad Mohadji, vice-président mohélien mais un sambiste avéré pour sauver ce bateau en naufrage.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Depuis la nomination du mohelien Hamada Madi Bolero, les sambistes anjouanais avec quelques rescapés de Ngazidja et Mwali, menacent de mettre le feu si Ikililou ne s’explique pas sur les raisons qui l’ont motivé à nommer Bolero au poste de directeur de cabinet en charge de la défense. Atteints d’une amnésie et de la maladie de la schizophrénie, ces sambistes ont omis de demander à leur maître pourquoi, a-t-il nommé Ahamad Ben Jaffar et Mohamed Bacar Dossar au poste de directeur de cabinet alors que tous les deux ont voté pour le candidat malheureux Caabi El Yachroutu aux primaires de 2006, et puis se sont ralliés à Sambi au second tour, après que leur candidat est éliminé. Même scénario aujourd’hui avec Ikililou et Bolero, sauf que celui-ci a été candidat aux primaires de Mwali et la logique voulait qu’il vote pour lui, et au second tour, a voté avec les siens pour Ikililou, pendant que sa formation politique la CRC s’est rangée derrière Mohamed Said Fazul.

Aujourd’hui les sambistes manquent d’élégance et veulent vaille que vaillent brouiller les pistes car ils trainent plusieurs casseroles derrière eux et ont peur d’affronter la justice. Or, l’heure de la vérité a sonné et il faut que tous s’expliquent sur les détournements des deniers publics qu’ils ont opéré au vu et au su du peuple comorien. L’argent de la citoyenneté économique a fait des heureux parmi les lieutenantsde cet enturbanné et c’est cette peur qui les dévoreet qui fait qu’aujourd’hui menacent de créer le chaos par peur de se voir traduire en justice.

A cela s’ajoute l’argent du projet habitat, la taxe unique des hydrocarbures que même le sambiste Dossar a avoué publiquement qu’il n’a jamais senti l’odeur de plus de 18 milliards francs comoriens vaporisés dans la nature. Même remarque pour Ikililou et Mamadou tous les deux ministrres des finances de Sambi. Et devant ce vol en bandes organisées, on menace de faire voler en éclats la tournante mohélienne parce que le président Ikililou a décidé de mettre à la tête de l’Etat des hommes et des femmes dotés d’une morale républicaine, capables de poser les vrais questions sur l’utilisation de notre patrimoine commun.

Il est vrai que tous ces magouilleurs reposent leur maigre espoir sur les épaules de leur ami, le vice-président Fouad Mohadji, qui, jusqu’au jour d’aujourd’hui refuse de se plier à la force du destin qui a décidé que c’est Ikililou le président de la République et lui vice-président. Et pour semer la zizanie et faire oublier les casseroles que trainent les siens, s’en prend au président IKI YA ROIBI, au moment où on sait que le sien qu’il a initié, serait entaché de mystères et les mauvaises langues parlent d’une affaire de gros sous.Et comme par hasard ce sont les sambistes qui par des déclarations intempestives, tirent sur IKI, une manière de soutenir Fouad qui se bat pour étouffer les affaires qui leur mouillent jusqu’au cou.

En attendant le jour J où tous ces sbires seront traduits en justice, on continue à garder espoir quant au changement que le peuple attend du Dr Ikililou pour se débarrasser des ennemis de la République,dont leur place serait à la maison d’arrêt de Moroni. Tous ces tapages se résument en un seul mot : Ndo Mtapalo’’.

Mohamed Mhoumadi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*