Non à la délinquance politique !

Pour ceux qui s’intéressent de la tournante, car personnellement j’ai toujours été contre une constitution produit du séparatisme et qui officialise l’insularité maladive de notre archipel, créant les conditions d’une déstabilisation à vie.

image

Le jeu dangereux d’un Ministre délinquant au langage décalé et la folle soif d’un d’un ancien Président nostalgique d’un pouvoir qu’il a perdu en accumulant toutes les fautes doit cesser. Les Comoriens ne devaient pas être les otages de ce qui semble être une délinquance politique.

Ici encore et toujours la responsabilité du Chef de l’entât est totale, engagée et claire. Sauf s’il est complice de l’apocalypse, Ikililou se doit de réagir au nom de l’intérêt national. Sinon, comment rester insensible dans le discours séparatiste d’un Ministre, et de surcroît l’un de ceux qui ont été les complices du déclenchement du séparatisme en 1997.

Il se doit de sanctionner son Ministre dans les heures qui ont suivi son apologie au séparatisme.

De son côté, le mollah Sambi, profitant du dégringolade politique d’Ikililou dont il a été le maître d’œuvre reste de marbre sur le maintien de sa candidature, légitimant ainsi une tournante imbécile et qui n’a aucune raison de continuer.

Je déplore le silence des intellectuels comoriens dans ce cas précis, tuant ainsi la société civile qui aurait besoin des animateurs consciencieux pour éclairer le peuple. Je suis persuadé que cette délinquance politique verra son abominable conclusion dans un terrorisme politique. Ne vous abritez pas sur un pouvoir en stade terminal de sa vie ou à l’illusion d’une résurrection d’un Sambi nouveau et performant!

Comoriennes, Comoriens! la tournante ne peut pas être une solution aux multiples crises des Comores. Il faut un réveil social conséquent, notamment le refus de subir la misère, les injustices, les inégalités, les détournements des consciences et des fonds. Comme plus prêt de nous, au Bourkina Fasso, occupons les rues et exigeons le changement en jouant sur la supériorité numérique. J’invite Sambi et sa marée humaine d’ouvrir la marche si ses intentions sont sincères.

J’appelle M’Saidié à suspendre la constitution et à convoquer des assisses républicaines pour la mise en place de la deuxième république, si il est vraiment ce qu’il croit être!

BEN ALI

1 commentaire sur Non à la délinquance politique !

  1. Désolé car on m’a anticipé de prendre part .
    La vérité aux Comores est une insulte ,car il y’a des personne qui pense que sans eux les Comores est foutu ,mais en réalité si tu demande sont c.v d’un part et l’éducation de ses enfants c’est apocalyptique mais il veux être président ou dieu avant qu’il ne mérite même d’être un homme .
    Mais notre éducation de base nous a fait des vents sans objectif et sans programme on vie comme les autres êtres humains .
    Il des gens qui pensent encore que les îles Comores qui son en rune mais nous qui pivotent dans le vide.
    Le bon Dieu di que ( ان الله لا يغير ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم )
    Il d’autre hélas qui attend qu’il y’a un jour que Dieu va exterminer tous les mauvaises personnes et que lui est parmis les innocent .
    Mais oublier ou ignore si Dieu a décider d’exterminer les ingrats des ce pay il serait le premier a subir l’essor .
    Pourquoi ?
    Parce que tout simplement personne ne se sent responsable de ce se passe aux Comores
    Oui évidemment car personne ne connais sont rôle dans ce pays .
    Tout le monde veut être président , gouverneur , directeur etc…….ou ne pas être .
    Les opposants attendent toujours leurs avec des insultes atroces à l’état , mais si tu les leurs statuts ou leurs programmes quand ils seront en tête il vont commencer a dire n’importe quoi .
    Mais un autre façon de gérer les Comores y viendras si nous n’arrivons a croire ce qu’on se promet dans nos écrits .
    La gérance par la force et la haine qui aboutira par des tueries .
    Je te jure mon frère que un président démissionnera par sont propre grès et personne ne n’aura l’envie d’excéder et j’ai peur que les heures approchent

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*