NON à la haine

Opinion libre: A voir de près ou de loin, les discours, les slogans et les mots d’ordre en cours dans notre paysage politique, on peut admettre que les incitations, la fanfaronnade, l’humiliation et les menaces constituent la culture à venir
• Ecouter un vice-président dire, dans un rassemblement politique, que ceux qui s’opposent au gouvernement, ce sont des persona non grata au pays et peuvent aller se noyer avant qu’ils ne soient liquidés, c’est de la haine.
• Ecouter le même vice-président appeler au meurtre de l’un de ses collègues pour « avoir mis un but contre son camp », c’est encore de la haine.

• Ecouter un ministre de la culture prêcher la suprématie des ressortissants de certaines localités sur d’autres, c’est cultiver la haine.
• Ecouter un directeur de cabinet du président stigmatiser des compatriotes pour leurs origines géographiques, les appeler à aller voir ailleurs s’ils peuvent vivre et les mettre en pâture devant la presse, c’est exactement de la haine.
• Ecouter un ministre de l’intérieur ordonner la mise en résidence surveillée d’un homme politique parce qu’il est « populaire », ce n’est pas loin de la haine.
• Voir les purges dans la fonction publique pour cause de différences d’opinions, cela sent la haine
• Voir des responsables politiques être arrêtés dans des manifestations pacifiques, condamnés et humiliés pendant la période des fêtes de l’indépendance, ce n’est autre que de la haine.
• Ecouter un haut officier de l’armée appeler les militaires à tuer les opposants et affirmer que c’est sur ordres du président, c’est manifestement de la haine.
• Ecouter le président dire qu’il va envoyer en exil tous ceux qui n’ont pas le même madhihabi que la majorité de la population, jusqu’à les menacer de mort (huwahunuwa), c’est malheureusement de la haine.
Pour celles et ceux qui applaudissent ce discours de la haine, il reste à souhaiter qu’ils n’en soient elles et eux aussi victimes de cette sottise qui peut détruire la paix et la cohésion de tout un peuple, une fois devenue une culture et pire, une politique.
Non à la haine.

Dini Nassur

1 commentaire sur NON à la haine

  1. JE NE PEUX QUE REMERCIER UN GRAND RESPONSABLE DINI NASSUR POUR SON RAPPEL DE LA SITUATION POLITICO-SOCIALE AUX COMORES . JE NE COMPRENDS PAS POURQUOI UNE PARTIE DES COMORIENS SOUTIENNENT LE POUVOIR QUI,A MON SENS ,NOUS POUSSE A LA HAINE DES UNS CONTRE LES AUTRES POUR QU’IL ARRIVE A SON OBJECTIF. J’ESPERE QUE QUE CEUX QUI ENCOURAGENT CES DIVISIONS NE SERONT PAS LES PREMIERS A REGRETER.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*