Non, la maternité à Mayotte ne fait pas plus de 30 000 accouchements par an dont 70% de parents clandestins

Antoine Krempf passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. Ce mercredi, les approximations du débat public sur la situation de l’immigration à Mayotte*.

Après trois semaines de contestation populaire sur l’insécurité à Mayotte, beaucoup de responsables politiques se sont emparés du sujet ces derniers jours. Au centre du débat public : la question de l’immigration illégale dans le département français. La porte-parole du parti Les Républicains, Lydia Guirous, a par exemple dit ceci sur l’antenne de Sud Radio lundi 12 mars : « Il est vrai qu’il y a un souci. Vous savez que la maternité à Mayotte fait plus de 30 000 accouchements par an. Dont 70% de parents clandestins. »

C’est faux. L’an dernier, d’après la direction du centre hospitalier de Mayotte, 9 674 bébés sont nés dans la maternité de Mamoudzou, chef-lieu du département. Ce nombre de naissances en fait la maternité la plus fréquentée de France. Mais ce n’est pas « 30 000 accouchements », contrairement à ce qu’affirme Lydia Guirous. Par ailleurs, l’estimation de la porte-parole du parti Les Républicains sur les « 70% parents clandestins » est aussi à relativiser. D’après l’Insee, 74% des femmes qui ont donné naissance à Mayotte en 2016 étaient de nationalité étrangère. Mais si l’on prend aussi en compte les pères, le chiffre tombe à quatre enfants sur dix avec deux parents étrangers. En clair, plus de la moitié des nouveaux nés à Mayotte deviennent Français parce qu’ils ont un parent français et pas parce qu’ils y sont nés. Et par ailleurs, ce n’est pas parce que les parents sont tous les deux de nationalité étrangère qu’ils sont forcément clandestins.

Ce qui nous amène d’ailleurs à une autre affirmation, celle du président de l’UDI, Jean Christophe Lagarde, toujours sur Sud Radio : « Mais aujourd’hui vous avez plus de la moitié de la population à Mayotte qui est là clandestinement »

C’est aussi faux. Mayotte comptait l’an dernier 256 500 habitants. Il s’agit du département français le plus dense, celui avec la plus forte augmentation démographique et celui ou le nombre d’étranger dans la population est le plus important : quatre adultes sur dix sont de nationalité étrangère.Mais, là encore, être étranger ne veut pas forcément dire être « clandestin ». Toujours selon l’Insee, sur l’ensemble des étrangers présents à Mayotte, la moitié y réside de manière tout à fait légale.

Francetvinfo.fr

*Mayotte est île comorienne sous administration française

3 commentaires sur Non, la maternité à Mayotte ne fait pas plus de 30 000 accouchements par an dont 70% de parents clandestins

  1. Être étrangère ne signifie pas être clandestin mais être située dans l’archipel de Comores ne signifie pas forcément qu’on est de nationalité comorienne. La résolution de l’ONU dont vous répéter à tous vas n’est pas contraignante ni pour la France ni par l’Union des Comores. C’est à nous les mahorais de décider de notre destin. Maintenant que vous soyez d’accord ou pas, c’est votre problème mais la réalité est qu’effectivement 70% d’accouchement au centre hospitalier de Mayotte sont dû a des étrangers de nationalité comorienne. A quelque semaine avant l’accouchement il débarque pour accoucher a Mayotte et ne rentrerons plus.

    • Et bien ceux qui ne pose pas les bonnes questions ce sont plutôt les simples comoriens innocent et qui risquent leur vie en kwassa. Ils doivent plutôt se demander pourquoi on continue à mourir en mer alors que leurs élus ainsi que leur famille exhibent leur belle vie dans le pays? Pourquoi ces francocomoriens soient disant instruits et qui insultent les mahorais ne rentre pas au bled mais préfèrent chez les mécréant, le colon qu’ils dénigrent pourtant? Ils doivent enfin ouvrir leurs yeux et comprendre que leur malheur vient essentiellement de leurs élus et de leur frères binationaux.

Répondre à ronon Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*