Nos salaires en échange de nos voix

wpid-screenshot_2015-12-15-09-02-00-1.png

C’est le prix de notre sort après 5 ans de règne du clan Mamdou. Nos problèmes quotidiens ne sont plus douloureux ou trop fraiches pour que nous puissions les chassés de nos mémoires. Durant cinq ans, nous avons connus le pire, et nous avons crié dans tout le front, nous avons connus un quotidien difficile sans eau, ni électricité avec un taux de chômage des jeunes inquiétant, une augmentation vertigineuse de la vie, des grèves illimités dans les hôpitaux, une dilapidation insultante des biens public, et aujourd’hui on marchande nos salaires contre nos voix. Oui on nous exige de voter pour ces mêmes hommes en échanges de payement de nos arriérés de salaires. Des salaires qui ne nous permettrons pas ni de manger à notre faim, ni de vêtir ou nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers mais juste des nos salaires en échanges de nos voix pour ces hommes.

image

Pendant 5 ans, nous avons connu le pire, les insultes, l’arrogance, le détournement des bien public, de coup que nous avions subi matin, midi et soir, et voila aujourd’hui, on nous force à les oubliés à cause de deux mois de payement de nos salaires. Oui, deux mois de salaires qui ne sont pas venus de nos ressources mais encore une fois dans la mendicité ou peut être dans l’endettement juste pour reconduire la même équipe qui nous a ruiné durant 5 ans. Une équipe que ni dans le champ économique, ni dans le champ politique, ni dans le champ social ni même dans le champ culturel, rien de vraiment significatif n’est visible dans le pays cinq ans après leur prise du pouvoir. Aujourd’hui, le vrai bilan de ce pouvoir n’est que leur échec sur la réussite. C’est-à-dire, leur échec sur les acquis de leurs prédécesseurs.

Mais les comoriens ne vont pas encore une fois être trompé pour livrer leur dignité en échange de leurs salaires en chantant la gloire de ce pouvoir.

Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*