« Nous n’avons jamais agi en raciste mais en gestionnaire d’une collectivité »

Le maire de la ville de Moroni a réagi suite aux différentes accusations. C’est par un communiqué que le maire a clarifié sa position.
Communiqué: 
En effet dans un souci de sécurité de salubrité et de tranquillité publique j’ai dans le cadre de mes fonctions mis en oeuvre des actions. Aucune mesure d’expulsion ou d’arrestation n’a été faite. Des personnes et qu’importe leur île ou village d’origine ont été sommes de quitter le terrain occupé illégalement. Nous avons ensuite rappelé que la Mairie ne dispose pas de lieux d’hébergement et que les occupants n’avaient pas de moyens de payer les loyers en vigueur à Moroni. Tous les comoriens sont propriétaires d’une parcelle. Nous avons simplement voulu rappelé une évidence sociale et culturelle.

Venir habiter à la capitale à un coût par rapport à un village d’origine ou l’on a sa propre terre. Nous n’avons jamais agi en raciste mais en gestionnaire d’une collectivité qui fait face à de grosses difficultés. Nous faisons respecter la loi. Et la loi comorienne refuse le racisme et toute forme de sécession. La capitale des Comores nous appartient tous il en va de notre responsabilité d’y faire respecter l’ordre sans être accusé de racisme à tort. Tous ceux qui ont les moyens famille ou financiers de résider à Moroni sont et seront les bienvenus. Nous sommes à leur disposition. Quand à ceux qui n’en ont pas les moyens nous ne pouvons les expulser de la ville ou de l’île de Ngazidja. Ce n’est ni notre rôle ni notre souhait.Mais celui ou celle qui ne respecte pas les règles de notre commune doit assumer ses responsabilités.
Mustapha Chamsoudine maire de Moroni.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*