Où en est-on à Madagascar Monsieur le Président de la République? Toujours hésitant? Pourtant il faut réagir et vite!

Dommage que le Chef d’Etat de ce régime, ne réagisse pas rapidement pour prendre une décision,pour nommer un proche collaborateur, un premier ministre, mais celà n’est rien par rapport aux évènements qui se déroulent en ce moment au Pays: grèves, manifestations estudiantines, réactions musclèes des forces de l’ordre, coupures d’électricité, bref la continuité dans la descente en enfer. Monsieur le Président de la République, vous avez beaucoup à perdre à agir de la sorte, vous n’écoutez pas ce que l’on vous dit un peu partout et vous allez droit contre le mur, et c’est vous seul qui en sera responsable. L’heure approche où vous aurez à rendre des comptes. Regardez ce que vient de faire le FMI, vous recevez de cet organisme 47 millions de Dollars US, avez-vous constaté que cette somme qui parait importante est un geste d’aumone et non de confiance, nous avouons que cette situation de manque de confiance envers votre gouvernement est grave et nous préoccupe.Votre premier ministre a été reçu à Matignon, en dehors de la photo de service sur le perron avec le Premier Ministre, il nous semble que les discussions ont eues lieu dans l’immeuble des conseillers en face,la photo prise à l’intérieur en serait une confirmation, nous avons crainte que votre importance ne soit qu’une façade!
La nouvelle ambassadrice de France à Madagascar Madame Véronique VOULAND. qui est une Diplomate de très haute qualité, qui connait tous les dossiers de l’Océan Indien, car elle a été à une très bonne école en étant l’adjointe de Jean Christphe BELLIARD, Directeur général Afrique et Océan Indien au M.A.E, a déjà montrèe sa ligne de conduite: « La relation de la France avec Madagascar est excellente, ancienne et profonde… et elle va continuer, s’amplifier, se renforcer avec mon prédécesseur comme avec moi-même….et elle soutient aujourd’hui le redressement économique du pays. La France va verser la deuxième tranche budgétaire dans les prochains jours…. Je ne crois pas que le gouvernement français ait demandé des réformes. C’est aux autorités malgaches de prendre les mesures qu’elles doivent prendre sur les réformes. Moi, je n’ai pas de commentaires sur ce que le gouvernement envisage de redresser la situation. »  La diplomatie est essentiellement un bal de faux culs. François Goldblatt a simplement eu tort de parler vrai. Grosse erreur pour un ambassadeur.

Lalatiana, qui a levée la main sur le pasteur Lala Rasendrahasina en 2009,qui a fait comme la radio des collines, fort connue pour ses appels à la haine et aux meutres dans un Pays africain où un génocide atroce a décimé une grande partie de la population, se fait remarquer encore une fois, en voulant perturber ce qui est un fait, la victoire de Madame Lalao Ravalomanana,car si la différence de voix était peu importante, on pourrait comprendre, mais là le pourcentage entre les deux est implacable! Elle a perdue! Au lieu de reconnaître et de présenter son équipe pour participer à la remise à niveau la Communauté Urbaine d’Antananarivo, elle commet l’erreur de montrer sa réelle volonté de semer la zizanie et empêcher la nouvelle équipe de se mettre au travail.
L’Espagne pays que nous admirons pour le courage de ses opérateurs économiques qui ont su remonter l’économie de leur Pays s’intéresse au transport férroviaire à Madagascar. Pour le moment ce n’est qu’un projet mais un service fondamental que l’Etat a abandonné au privé, mais là bon courage comment après avoir laisser ce proliférer les coopératives de transport, redonner à ce transport porteur de développement dans des domaines aussi divers que le transport des marchandises, le tourisme, sans mettre en sommeil une part importante des transports routiers?

Madagascar demande la révision de l’accord cadre de 1973: celà annonce une réclamation, mais tant que le pouvoir est incapable d’asseoir sa légitimité et affirmer son désir de réagir pour enfin sortir ce Pays de cette descente aux enfers, la tâche sera dure et rude! Courage.

Philippe Divay

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*