Où sont passés les six véhicules achetés par l’exécutif de Ngazidja ?

Un commissaire du gouvernorat de Ngazidja faisant du stop, un autre, suant sang et eau parce que poussant une voiture tombée en panne en plein milieu de la chaussée, des histoires comme ça sont légion. Et dans un pays où être chef équivaut souvent à avoir une grosse cylindrée, disons pour faire court, que cela fait tâche. Nos chers commissaires se sont-ils découvert une fibre écolo (pour ceux pratiquant la marche, bien sûr) ? Ou est-ce juste une affaire de moyens ? Mais où sont donc passés les six véhicules achetés par le gouvernorat et exonérés de taxes douanières ?
 
Le commissaire en charge des Finances, Said Ahmada Youssouf, répondant aux questions d’Al-watwan concernant le parc automobile de l’exécutif de l’île de Ngazidja dira simplement «qu’il n’existait pas». Se voulant plus précis, il ajoutera : «nous avons hérité de l’époque de Mouigni Baraka, d’épaves  en guise de véhicules». Puis expliquera ce que l’opinion publique n’a pu que constater : «aucun commissaire ne possède de voiture de fonction». Le fait est assez rare pour être relevé.
Sauf que dans un courrier dont Al-watwan s’est procuré copie, signé de la main de notre interlocuteur, Saïd Ahmada Youssouf, et adressé au ministre des Finances, il est fait mention «d’une demande d’exonération». Dans cette lettre, on peut ainsi lire que «le gouvernorat de Ngazidja venait d’acheter sous douane des véhicules». Six voitures pour être précis. Pour pousser plus avant la précision, nous ne pouvons que les énumérer : un 4×4 Tucson, trois 4×4 Kia, une Pick-up de la marque Toyota et une Suzuki.
Toujours pas de voitures dans le parc automobile de Mrodjou ? Notre interlocuteur retrouvera la mémoire après que nous ayons fait mention du document : «je me souviens de ce dossier», s’écriera-t-il. Ces véhicules font-elles donc partie du parc automobile de l’exécutif ? «Oui, oui bien sûr». Il ajoutera, aux dernières nouvelles elles étaient à Mrodjou.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus


Comment cela se fait-il que des voitures soient garées à Mrodjou, prenant le soleil alors qu’elles gagneraient à être utilisées, ne serait-ce que par les commissaires ?  

Le gouverneur Hassane Hamadi aurait mis en place «une nouvelle politique de location-vente». Notre source arguera que «c’était la meilleure manière pour prendre soin des véhicules puisqu’à la clé, la voiture reviendra à la personne». 
Et puis, «celles-ci sont utilisées par nos hôtes étrangers qui viennent ici en visite».

Une chose (ou deux) serait sûre. Le gouverneur aurait dans son escorte  la Tucson et une autre serait attribuée à la première dame de l’île. Il est vrai qu’une première dame qui fait du stop, ça fait tâche. Les commissaires, eux, peuvent continuer à marcher… 

Faiza Said Youssouf /Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*