Ouverture de la session ordinaire d’avril : L’éternel cafouillage

L’histoire serait-elle en train de repasser les mêmes plats ? À chaque ouverture de la première session ordinaire parlementaire annuelle de cette troisième législature de l’Union des Comores, des perturbations émaillent cette séance d’ouverture. Ce qui s’est passé vendredi 6 avril 2018 à la chambre des députés,rappelle, à certains égards, un des épisodes les plus mouvementés de l’histoire récente de l’Assemblée nationale, à savoir l’histoire du refus des conseillers de Ndzuani cooptés pour siéger au parlement national l’année dernière. Sauf que, cette fois, ce ne sont pas pas seulement les conseillers de l’île de Ndzuani qui ont été interdits d’accès à l’hémicycle, mais également ceux désignés par le Conseil de l’île de Ngazidja. Tout cela dans une ambiance électrique et une présence massive des forces de l’ordre. Encore une fois.

L’ouverture de la première session ordinaire parlementaire de l’année 2018, a eu lieu, le vendredi 6 avril, à l’Assemblée nationale, comme prévu. Etaient présents à l’Assemblée nationale pour assister à cette cérémonie d’ouverture, les vice-présidents, Moustadroine Abdou et Abdallah Saïd Sarouma, respectivement vice-présidents chargés des ministères des Transports et de l’Agriculture ainsi que les ministres Souef Mohamed El-Amine, Mohamed Daoudou, Rashid Mohamed Mbaraka Fatma, Salime Mohamed Abderemane et Salime Mahamoud.

Pas de discours

On a noté l’absence du corps diplomatique accrédité en Union des Comores, qui assiste à chaque cérémonie d’ouverture de la première session annuelle, est toujours présent à Hamramba.
Il y a eu la lecture de quelques versets du saint Coran, l’hymne nationala suivi et l’appel nominal des députés. Et puis le chaos.

Des parlementaires issus de l’Union de l’opposition ont envahi le perchoir et arraché des mains du président de l’Assemblée, son discours et le maillet. Ce qui a empêché le président de l’institution de prononcer l’allocution.

C’est l’absence des représentants issus des conseils des îles de Ngazidja et Ndzuani, de la liste qui a mis le feu aux poudres. Le président de l’Assemblée, Abdou Ousseni a aussitôt essuyé le tir groupé des députés, Ali Mhadji (Crcen mouvement), Tocha Djohar, Mohamed Msaïdié et Ibrahim Mohamed Soulé.

Tous se demandent comment le président de l’Assemblée, Abdou Ousseni a pu interdire l’accès à l’hémicycle aux parlementaires désignés par les deux parlements insulaires.

Après des échanges verbaux assez houleux entre députés de l’opposition et le président de l’Assemblée nationale, ce dernier a levé la séance sans pouvoir prononcer son discours réservé à la cérémonie d’ouverture.

Ali Abdou / Alwatwan

1 commentaire sur Ouverture de la session ordinaire d’avril : L’éternel cafouillage

  1. FACE A TOUTE CETTE CACOPHONIE PERMANENTE DES DELINQUANTS AU SEIN MEME DE VOTRE ASSEMBLEE ? MAYOTTE N A PAS PLACE DANS VOTRE UNION .
    IL N’Y A ABSOLUMENT RIEN D’ETRANGE DANS CET INSTITUTION, FEU BAMANA(PAIX A SON AME), YOUNOUSSA BINALI ET ABDALLAH HAMADA, NOUS ONT DIS QUE DANS CET ASSEMBLEE LES PARLEMENTAIRES MAORES ETAIENT TOUJOURS RIDICULISés , ON LES APPELAIT  » WA MAORés MALA LAMDRA  » voila LES MAORés MANGEURS D’HéRISSON.(NOUS VOUS CONFIRMONS QU’IL EST BON LA VIANDE D’HERISSON),AYAYA VRAIMENT DELICIEUX CETTE VIANDE. ET QUANT ILS PRENAIENT LA PAROLE, ON LES CHAHUTAIT AVEC UN BRUIT SARCASTIQUE POUR SE MOQUER , AUCUNE RESPECT,NI ECOUTE, QUANT LES MAHORES PRENAIENT LA PAROLE ; CES BRIMADES,CES IRONIES LES ONT TELLEMENT MARQUé QU’ à LEUR RETOUR à MAYOTTE, DANS LES MEETING , ils DISAIENT QUE CES GENS LA, NE SONT PAS DES NOTRES? NOUS NE POUVONS PAS PARTAGER ET CONSTRUIRE UN DESTIN COMMUN AVEC EUX, D’OU EST VENU L’ IDEE DE SE SEPARER AMPPLIFIER AUSSI PAR LE PARTAGE DES RICHESSE ENTRE LES ILES, LES MAHORES ONT TOUJOURS ETE LESES ?BIEN EN DEHORS DU TRANSFERE DE LA CAPITALE DE DZAOUDZI VERS MORONI .
    JE CROIS QUE L’HISTOIRE NE LEUR A PAS SERVI DE LEçON PUISQUE CECI SE REPETE AVEC LES PARLEMENTAIRES DES AUTRES ILES , AUCUNE RESPECT MUTUEL , lEUR CHAMBRE DE DEPUTE EST SIEGé PAR DES DELINQUANTS .COMMENT VOULEZ VOUS QUE CE PAYS AVANCE ???, COMMENT POUVEZ VOUS CONCEVOIR QUE LES MAORés SONGENT A VOUS REJOINDRE POUR REVIVRE CES MEMES PRATIQUES DES ANNEES 1960 QUI N’ONT PAS DISPARU . FACE A CELA NOUS CRAIGNONS L’ECLATEMENT FUTURE DE VOTRE UNION ???, QUANT LE JOUR VIENDRA , VOUS ALLEZ ENCORE DIRE QUE C’EST LA FAUTE DE MAYOTTE FRANCAISE ET DE L’ ANCIEN COLON . A BON ENTENDEUR SALUT .

Répondre à FAHARDINE Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*