Paludisme à Ngazidja : 9.815 cas enregistrés de janvier à juin 2018

Alerte rouge ! Le palu revient en force aux Comores. Le constat est alarmant car le nombre de personnes atteintes par la maladie ne cesse d’augmenter d’année en année. En 2015, l’on a recensé 1.015 cas, tandis qu’en 2016 le nombre de personnes infectées s’élève à 1.641. La courbe monte encore avec 4.852 cas en 2017. Et cette année, rien que de janvier à juin, le registre note 9.815 cas. Au secours !

La situation épidémiologique du paludisme à Ngazidja ne cesse de prendre de l’ampleur. Le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) enregistre en ce premier semestre 9.815 cas, soit le double de nombre de cas enregistrés pendant l’année dernière et le triple des cas enregistrés dans la même période en 2017. De janvier à Juin 2017 le Pnlp avait enregistré 2.839 cas. Rappelons qu’en 2017, le programme avait enregistré, 4.852 cas de personnes atteintes de paludisme contre 1.641 en 2016 et 1.061 en 2015.

De même Le Pnlp enregistre 6 décès dus au paludisme en 2018 contre 3 en 2017. Le chargé du programme au niveau de Ngazidja, Aliamane Saandi parle d’une «explosion des cas de paludisme». «Si on ne stoppe pas la transmission, les deux autres îles, qui étaient jusque là épargnées seront exposées», avance Anturia Ibouroi de la direction régionale de la santé.

L’île de Ndzuani était sortie «meilleur élève» dans le processus de l’élimination du paludisme dans le pays. Cependant, l’on y a enregistré 56 cas importés ce premier semestre. Le programme multiplie les stratégies de sensibilisation et de lutte afin de stopper la transmission. Ainsi une opération de pulvérisation intra domiciliaire (Pid) sera effectuée dans les sept districts de Ngazidja à partir du mois prochain. Cette opération interviendra dans les villages où la transmission et le nombre de cas du paludisme sont en hausse. A noter que c’est dans le district d’Itsandra où plusieurs villages sont retenus pour le Pid.

Abouhariat Said Abdallah / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*