Pape Diouf sur la démission de Blatter : « Mettre fin au néo-colonialisme sportif »

Après la démission de Sepp Blatter, l’ancien président de l’OM, Pape Diouf, estime qu’il faut maintenant élire « un président neutre avec des méthodes nouvelles » pour « combattre le néo-colonialisme sportivo-culturel » au sein de la FIFA.

image

« C’est peut-être le timing qui est une surprise, mais pas l’annonce en elle-même. C’est vrai qu’il a fait l’objet d’un tir groupé de toute la presse internationale et il était très difficile de faire autrement. Ce qui motive son départ n’est pas encore connu. Etait-ce de sa part une manière de sortir par le haut, c’est-à-dire être élu et partir. Est-ce qu’il a subi des pressions d’ordre familial ? Est-ce qu’il a subi des pressions des enquêteurs américains qui lui auraient montré des arguments en un moment donné pour le forcer à partir ?

Je ne sais pas. Maintenant, il est parti, moi, je continuerai à regretter que ce que tout le monde savait, ce n’est que maintenant que tout le monde en parle, alors que tout le monde savait ce qui se passait à la FIFA. Pour sa succession, on attend plutôt un homme neutre et des méthodes nouvelles.

L’Afrique n’a rien à craindre, contrairement à ce que l’on dit. L’Afrique a été victime de clientélisme. C’était un peu une forme de charité qu’on lui donnait avec ces histoires de centres, d’associations ou de fédérations. C’est de l’aumône ça. C’est une manière aussi de tenir tout le monde : La FIFA est une institution qui appartient à tout le monde, donc à l’Afrique. Et il est de son devoir de veiller et de contribuer au développement du football africain. Il faut que les Africains arrêtent de penser qu’ils reçoivent des cadeaux de la FIFA. Ce n’est pas le cas.

De toutes les façons, le néo-colonialisme sportivo-culturel a commencé. Parce qu’on commence déjà à nous piper la légitimité de nos voix. Quand on dit par exemple que Madagascar a la même voix que l’Angleterre et la France ou l’Allemagne, c’est déjà un néo colonialisme qui s’installe. Il faut refuser ça. La démocratie, ce n’est pas seulement pour l’Europe, c’est pour le monde entier. Il faut que l’Europe arrête de penser que la démocratie n’est valable et ne doit être appliquée que quand il s’agit d’elle. Au contraire, elle est valable pour tout le monde. »

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*