Passation de pouvoir à l’ONICOR : Daroumi passe la main à Azhar avec 700 millions fc à la caisse

Mzé Ali Azhar Ahmed, nouveau directeur général de l’ONICOR, hérite d’un établissement public affichant une bonne santé économique après avoir frôlé le dépôt de bilan. C’est ce qu’Aladine Daroumi, son prédécesseur, a laissé entendre samedi à la cérémonie de passation du pouvoir.

C’est une société en forme que lègue Aladine Daroumi à son successeur Mzé Ali Azahar, si l’on se fie au bilan effectué à l’occasion de la passation de service entre l’ancien et le nouveau directeur général de l’Office national d’importation et de commercialisation du riz (ONICOR).

Héritant en 2009 d’un établissement public au bord de la liquidation, M. Daroumi arrivera à renverser la tendance en hissant l’ONICOR au premier rang des sociétés d’État affichant une bonne santé financière.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, l’établissement enregistrant aujourd’hui un bénéfice net de 700 millions fc. C’est la cagnotte que Daroumi laisse dans les caisses de la société en partant alors qu’il n’avait hérité que de 21 millions fc lorsqu’il a pris la direction de l’établissement d’après Mzé Ali Chahid, chef comptable de l’établissement parlant au nom du personnel.

Le chiffre d’affaires sera quadruplé en six ans passant de 3 milliards à 14 milliards fc annuel. Deux milliards de nos francs seront versés au trésor public au titre de la taxe unique, d’après les chiffres dévoilés par le monsieur comptable de la maison.

« Nous sommes revenus de loin, a indiqué M. Chahid, un patrimoine en baisse causant des résultats négatifs et la perte de confiance de nos partenaires ».

Le chef comptable a dit se réjouir de la politique menée par son patron sortant pour redresser la situation qui serait à l’origine des investissements propres permettant de facto à l’établissement de faire appel à une main d’œuvre, développant une centaine d’emplois directs et l’accroissement du parc automobile.

La phase d’investissement a permis à l’établissement de lancer des chantiers pour la construction de trois bâtiments dans les trois îles avec un coût de financement de « 281 millions fc sur fonds propres », peut-on lire dans un document que La Gazette s’est procuré.

La guerre ne s’était pas centrée uniquement sur la lutte contre les mauvais chiffres, il était aussi question d’un combat acharné pour la rigueur administrative dans le but de convaincre les partenaires de l’établissement.

Malgré ce bon bilan M. Daroumi reste modeste au moment de remettre les clés à son successeur, laissant au citoyen le soin de faire le bilan de son passage à la tête de cette société publique. Il regrette toutefois de n’avoir pu enclencher le volet industriel avec deux projets qui, a-t-il dit, lui tenait à cœur : la construction de dépôts de stockage dits de sécurité et la transformation sur place.

« La société reste toujours sur le volet commercial, laissant de coté le volet industriel », a-t-il fait savoir. « La mission que le président m’a assignée aujourd’hui et totalement différente de celle qu’il m’a donnée en 2000 », a déclaré Mzé Ali Azhar ajoutant qu’en 2000, la tache était moins ardue puisqu’il avait hérité d’un établissement en liquidation et que sa mission était de le sortir du gouffre.

Maoulida Mbaé/LGDC

1 commentaire sur Passation de pouvoir à l’ONICOR : Daroumi passe la main à Azhar avec 700 millions fc à la caisse

  1. Hériter d’une societé en difficulté financière est une chose et hériter d’une societé en bonne santé financière en est une autre.Tout simplement parceque pour maitenir la tendance n’est guère facile toutefois il se trouve que beaucoup d’entre nous pense le contraire.M.Aladine DAROUMI a fait un travail plus que remarquable et exemplaire.Ce n’est pas une compétition c’est plutot un devoir.le devoir de servir son pays.On attends donc à ce que son successeur M.Ali AZHAR AHMED fasse autant pour le bien etre du peuple comoriens.Rien n’est aussi merveilleux que de laisser ses emprunts dans un lieu ou l’on a bien travailler.Merci.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*