Pèlerinage 2018: Décollage prévu le 7 et 8 août à bord d’Ethiopian Airlines

Le pèlerinage devrait intervenir en août prochain mais puisque gouverner, c’est prévoir, l’agence nationale chargée de la question veut tout boucler avant le 30 juin, visas des pèlerins y compris. Ethiopian Airlines a été choisi pour assurer le transport aérien moyennant un billet de 536 000 kmf à la charge de chaque pèlerin. Le départ est prévu le 7 et 8 pour un retour au plus tard le 31 août. Cette année, la priorité est donnée à ceux qui n’ont jamais effectué le Haj. Selon Abdoulfatah Mohamed, directeur de l’agence nationale du Haj, tout est presque acquis à commencer par les hôtels à Médine et à la Mecque, l’avion, les bus…

Engagé dans un processus de préparation du pèlerinage 2018 pour mettre tout au point d’ici le 30 juin prochain, le directeur de l’agence nationale du Haj et de l’Oumrat, Abdoulfatah Mohamed a reçu la presse hier dans son bureau situé à la présidence. Au cours de cette rencontre, il a annoncé que suite à des négociations menées avec la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, les pèlerins comoriens devraient prendre la route de la terre sainte le 7 et 8 août prochains. « C’est la première fois que les préparatifs du Haj commencent des mois avant le Ramadan. Nous avons pratiquement tout ficelé dans la mesure où, nous avons les hôtels à Médine et à la Mecque, les bus, la compagnie aérienne entre autres. Toutes les formalités devront être faites pour qu’au 30 juin prochain, tous les pèlerins aient leurs visas. Sauf éléments extérieurs pouvant perturber le processus, le décollage est prévu pour le 7 et 8 août et le retour interviendra entre le 28 et 31 » a révélé l’ancien député, Abdoulfatah Mohamed. Ce dernier a tenu à préciser que jusqu’à preuve du contraire, le pays bénéficiera d’un quota de 850 pèlerins mais que l’espoir est toujours de mise pour obtenir un rajout de 350 autres comme ce fut le cas l’année dernière. « Dans tous nos engagements que ce soit pour l’avion, les hôtels, les bus, nous avons prévu 1200 pèlerins dans la mesure où, nous espérons une rallonge de notre quota. Nous avons pris toutes les dispositions et si jamais le quota n’est pas revu à la hausse, le gouvernement saura perdre au profit de sa population » a expliqué Abdoulfatah Mohamed. Selon les prévisions de ce dernier, 600 pèlerins partiront le 7 et 600 autres le 8 à raison de deux vols par jour. Si le package pour le voyage devrait être connu incessamment, les candidats au pèlerinage doivent dorénavant savoir que contrairement aux deux dernières années qui ont vu le gouvernement saoudien prendre en charge les billets d’avion, cette année les pèlerins doivent assumer cette charge. « Sachant que le pèlerinage est pour ceux qui ont les possibilités, le gouvernement comorien a décidé que le billet d’avion est à la charge du candidat au Haj.

Pèlerinage pour ceux qui ont les moyens

Les aides saoudiennes ne peuvent pas être au profit de 850 Comoriens qui constituent 1% de la population. Ces aides peuvent être redirigées vers des réalisations qui profiteraient à l’ensemble des Comoriens » devait-il assumer. En effet, le gouvernement saoudien a payé 1700 dollars pour chaque pèlerin comorien et cette manne financière aurait permis de construire des routes, des hôpitaux, écoles au profit du plus grand nombre si l’on se fie aux propos des responsables du Haj. Désormais, en plus du package, le Comorien souhaitant accomplir le pèlerinage devra s’acquitter de 536 000 kmf pour son billet d’avion. Contrairement aux années passées qui voyaient certaines personnes accomplir le cinquième pilier de l’Islam chaque année, l’agence nationale du Haj veut cette fois prioriser les Comoriens qui n’ont jamais fait le déplacement. A en croire le directeur de l’agence, 1133 Comoriens n’avaient pas pu rejoindre la Mecque l’année dernière faute de place. Cette année, ils seront prioritaires. Pour notre source, « une personne qui a effectué le pèlerinage au moins une fois lors des cinq dernières années n’aura pas la possibilité de le faire cette année. Toutes les mesures seront prises et les vérifications seront strictement effectuées. Avec un quota de 850 partants, si chacun le faisait une fois, tous les candidats auraient eu leur chance. Autres choses, les médecins vérifieront les conditions physiques des candidats et ceux qui ont atteint les 65 ans devront forcement être accompagnés par un proche ».

Mohamed Youssouf / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*