Peste à Madagascar: Vigilance et surveillance renforcées dans les frontières aux Comores

Le Ministère de la Santé de l’Union des Comores à travers la Direction Générale de la Santé a tenu une réunion de haut niveau ce jeudi 5 Octobre à Moroni. Tous les acteurs nationaux concernés par les mesures de prévention contre l’épidémie de Peste qui sévit l’ile voisine de Madagascar ont pris part massivement à la rencontre. On peut mentionner l’AIMPSI, COSEP, Brigade aéroportuaire de la Gendarmerie, Ministère des Transport, OMS, Moroni-Port, Douane, PAF, agents de santé etc.   

Sous la conduite du Directeur Générale de la Santé (DGS), la rencontre portait sur les nouvelles mesures prises par les autorités nationales visant à renforcer le dispositif de surveillance et de contrôle pour empêcher l’entrée de l’épidémie de la Peste aux Comores. 
Le DGS a tout d’abord exposé de manière explicite la situation officielle de l’épidémie au niveau des autorités de santé publique Malagasy et les dernières informations de l’OMS-Madagascar. A ce propos, il faut retenir que pour le moment, l’OMS écarte le risque d’extension de l’épidémie hors des frontières de la grande île. « Le risque général de propagation au niveau régional est modéré en raison des vols fréquents vers les îles voisines de l’océan indien, et au niveau international est faible », peut-on lire dans le dernier communiqué de l’OMS [voir page Facebook #OMS-Madagascar].
Des mesures prises en amont 
Depuis le début il y a eu la sensibilisation dans le milieu hospitalier. Tous les renseignements de prévention ont été fournis au personnel soignant. Aussi, des réunions internes entre le Ministère et l’OMS ont eu lieu. Tous les jeudis, les cinq pays de la région de l’Océan indien tiennent des conférences régulières sur la situation de la Peste à Madagascar. D’après le Docteur Said Anli, dans quelques jours, tous les pays de l’Océan indien vont être dotés de matériels adaptés de dernière génération qui faciliteront surtout le dépistage.
Le dispositif à maintenir 
Un « Comité multisectoriel » qui sera chargé du suivi, de l’évaluation, la prévention et la surveillance de l’épidémie de la Peste durant les périodes décidées lors du dernier Conseil des Ministres a été évoqué. 
Vigilance et surveillance renforcées dans les frontières, installation de pièges à rat aux ports et aéroports de l’archipel, exigence du Certificat de dératisation des navires navigant dans la région, désinfection des avions en provenance de Madagascar, le passage au « screening » des passagers débarquant de la grande île et de la région sont à tenir compte. Le renforcement des capacités des services de santé aéroportuaire etc. c’est un dispositif qui va être soutenu comme lors du risque Ebola et ce dans le respect du Règlement Sanitaire International et le Règlement de l’Aviation Civile.
La Ministre de la Santé a été représentée par son Conseiller Technique. Ce dernier a insisté sur l’importance de la collaboration étroite entre tous les secteurs concernés par cette question de santé publique. Nadjim-edine Youssouf Mbèchezi a rassuré la presse conviée à cette réunion que le Gouvernement prend au sérieux le risque puisque Madagascar est une île voisine avec laquelle les Comores entretiennent des échanges quasi-quotidiens par la voie aérienne et maritime. Toutefois, dans le respect du Règlement Sanitaire International, il revient à l’OMS de déterminer s’il est nécessaire de fermer les frontières. « Le risque est réel mais ensemble nous pouvons empêcher cette épidémie. La population doit garder son calme », a indiqué le Conseiller.
Le Ministère

Moroni, le 05octobre 2017

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*