Piège au sommet

Opinion libre: Entre la démission et les couleuvres à avaler, il y aurait une 3 ème option pour le VIP Djaffar. Entrer dans une logique de cohabitation et décliner une feuille de route sur la cohésion sociale dans ses rapports avec le respect des lois.Certains Cette option à ses partisans. Je doute de sa pertinence car cela suppose qu’il crée un rapport de forces. mais il n est pas Jacques Chirac avec un appareil dévoué derrière et en face ce n ‘est pas François Mitterrand avec sa volonté de faire dire à la constitution ce qu il veut. Et puis nous ne sommes pas un pays à culture et à traditions démocratiques mais les héritiers authentiques des sultans batailleurs. . Pour beaucoup de Comorien yeya loola ye nyasi ndo sesi. ( Littéralement celui qui a épousé notre mère est de facto le père) .

Et cela pour dire que le président, héritier du Sultan à tous les droits za mfawume. On doit lui obeir et lui rester fidèle d où cette incroyable conférence de presse des deux vice- présidents qui ont tiré à boulets rouges sur leur collegue.
Au-delà de cette crise particulière, se pose l ‘une des spécificités de la gouvernance du président Azali qui consiste à confier de hauts postes politiques à des technocrates n ‘ayant de prise avec le terrain et le réel. Et qui se retrouvent plus souvent piégés sur les cimes.

Ali Moidjié

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*