Plus de 500 comoriens chassés de chez eux à Mayotte

Près de 500 comoriens chassés de leur domicile par des habitants de Mayotte ce week-end ont passé dehors les nuits de dimanche et hier, ont indiqué aujourd’hui des associations tentant de les reloger. Depuis dimanche, la place de la République de Mamoudzou, chef-lieu de l’île, est occupée par des centaines de familles, la plupart d’origine comorienne en situation régulière sur le territoire, qui ont été délogées de force par des collectifs d’habitants des communes du sud et du nord de Mayotte.

image

Ces collectifs appellent à chasser les « étrangers » de leurs villages (selon le tract du collectif du village de Kani-Kéli), accusant « l’immigration clandestine » de « vols, agressions et meurtres au quotidien » (selon le collectif des citoyens de la commune de Bouéni). De nombreuses associations mahoraises se sont mobilisées depuis dimanche pour recenser les personnes expulsées: 527 personnes sont dans l’attente d’un relogement d’urgence, selon le dernier recensement effectué aujourd’hui à 13 heures (heure locale) sur la place de la République.

La Croix-Rouge a fait don d’une citerne d’eau potable et de nombreux habitants de Mayotte ont apporté nourriture, médicaments et produits de première nécessité pour enfants. En outre, un médecin bénévole est venu porter secours aux personnes expulsées. Aujourd’hui, dans un communiqué, la préfecture « condamne fermement les événements qui se sont déroulés sur plusieurs communes de l’île ce week-end et ont conduit à l’expulsion de familles et à la destruction de bangas » (habitations de fortune, en tôle ou en terre). Elle informe également de la tenue d’une réunion mardi soir en présence de l’association des maires afin « d’examiner la situation de ces familles ».

Par ailleurs, des véhicules appartenant à des leaders des collectifs d’habitants ayant expulsé des familles de la commune de Bouéni ont été brûlés au cours de la nuit de hier à aujourd’hui. D’autres expulsions sont prévues dimanche à M’tsamboro  et le 5 juin à Kani-Kéli.

Lefigaro.fr avec AFP
*titre :Comores infos

Rappel: Un comorien n’est pas clandestin à Mayotte. Mayotte est une île comorienne occupée illégalement par la France.

1 commentaire sur Plus de 500 comoriens chassés de chez eux à Mayotte

  1. Tout d’abord Bonjour a tous

    Je ne comprends pas vraiment pas que LA FRANCE ou du moins l’armée FRANCAISE n’intervienne pas .
    Un massacre est entrain de se produire et personne ne fais rien .
    Les autorités restent insensibles aux échauffourés qui se produisent actuellement .

    J’accuse le Gouvernement d’etres les responsables directs de cette guerre qui se déclare
    …… J’en appelle aux autorités les plus compétentes du fond du côeur et pour l’amour de Dieu et de l’humain agissez ..
    Bien à Vous .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*