Plusieurs femmes réunies à Moroni demandent la libération de Barwane

Ce samedi matin, plusieurs femmes se sont réunies pour demander la libération de Ahmed El-barwane. Elles se sont données rendez-vous à la place Badjanani du côté de la mairie de Moroni.

Un regroupement pacifique qui exigent une seule chose la libération de leur frère, Barwane.

4 commentaires sur Plusieurs femmes réunies à Moroni demandent la libération de Barwane

  1. Vous ferez mieux d’aller préparer le Foutari en plein ramadan plutôt que de venir pleurnicher sur le sort de ces politiciens sans vergogne, ces profiteurs sans scrupules, ces arrivistes d’un nouveau genre qui ont tué tout espoir dans ce pays

  2. Nous demandons la liberté , nous ne voulons pas de la dictature .
    La dictature restreint la liberté fondamental de tout un peuple .
    Depuis que nous avons pris notre indépendance, doit on se demander si nous avions vraiment
    été libre dans nos trois iles ? Cette question parait surprenant mais cela relève voire nous éclaire
    sur la question de Mayotte . Pourquoi les Maorés se sont battus corps et âme de rester Français pour
    rester libre ? . Et se détacher de cet union ?. Cette liberté que nous somme entrain de lutter aujourd’hui.
    Au vu de la situation actuelle du pays , tout les Comoriens que nous sommes se battent d’ ici et ailleurs pour revendiquer cette  » liberté  » que les Maorés ont revendiqué il y a 43 ans de cela et voila ce n’ est que seulement
    aujourd’hui que notre peuple se rende compte que nous n’ avons pas cet liberté chez nous .Nous sommes entrain de donner raison aux maorés ? . Nous considérions qu’ ils sont complètement hors de la plaque .
    Nous avons été forcé de migrer par obligation à cause de nos autorités pour aller chercher une autre vie ailleurs pour que ces derniers puissent corrompre au maximum le pays et en nous obnubilant, en nous détournant nos esprit  » que Maorés est Comoriennes le restera à jamais  » et nous forçant d’ y aller au péril de notre vie .
    Nous nous trouvons face à une crise de conscience : le pays va mal , l’ éducation est en berne , notre système de santé est dérisoire et obsolète ; l’ eau et l’ électricité manquent dans la plus part de nos foyers .
    Nos intellectuels et nos cadres n’ ont rien pu amorcer un vrai politique de développement dans notre pays .

Répondre à JEAN MARK Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*