Polémique sur la place des femmes aux Comores

Aux Comores, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a délivré lundi 19 décembre son rapport sur le développement humain en Afrique lors d’une cérémonie officielle en présence du chef de l’Etat. La situation de la promotion du genre était au cœur des interventions. Des chiffres alarmants pour le pays ont été relevés dans divers domaines comme l’éducation, la santé ou encore le chômage. Reportage.

Les Comores se classent en dernière position en Afrique sur la représentation des femmes avec seulement deux députés femmes sur trente-trois. Le président Azali Assoumani, dans son allocution, n’a cependant annoncé aucune mesure : « La femme comorienne n’a cessé de s’intégrer dans le processus de développement socio-économique et politique. Nous devons tous réfléchir sur les voies et moyens d’inclure davantage les femmes dans les débats et les processus de prises de décisions. Un rôle actif des femmes dans l’économie nationale permet un meilleur développement du pays et une croissance ergonomique plus soutenue. »

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Malgré ses postures, le chef de l’Etat ne montre guère l’exemple avec une seule femme dans son gouvernement. Le secteur privé séduit de plus en plus la femme comorienne à l’instar de Karida Djaffar, auto-entrepreneur. « Il a fallu bien sûr que j’aille auprès des banques pour m’aider à avancer un peu plus dans mon projet, explique-t-elle. Du coup, je me retrouve à payer mon crédit, jusqu’à maintenant, ça fait plus de 6 ans, je n’avance pas. Ce qui pourrait peut-être aider, ce n’est pas tout simplement que cette femme aille par elle-même chercher l’argent auprès des banques. »

Aucun engagement concret n’a été pris par le président Azali. Les Comores présentent aujourd’hui la perte de développement humain due aux inégalités, la plus élevée de la sous-région.

RFI

A lire : Vidéo: Azali énervé par les questions d’un journaliste d’Africa24

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*