Politique : SOMA ne reconnait pas la limitation des partis

L'ex-gouverneur Anissi et son équipe à Niyumakele (Image Housni M. A.)
Soma à Mriju
Soma à Mriju

S’il y a un micro parti qui ignore la loi des limitations des partis politiques, c’est l’ex-gouverneur Anissi et son équipe. Avec son parti « SOMA », le Mouha’fidh procèderait actuellement à l’installation des cellules régionaux. Ce dimanche une « délégation du Parti SOMA, conduite par le Président Anissi Chamsidine, a été composée du Secrétaire National, Dr. Housni MOHAMED ABDOU, du Vice-président, Dr. Zaidou Youssouf, du Conseiller Politique, Mr. Abdoulhamid Afraitane, du Conseiller Technique, Mr. Attoumane Dhoiffir et du Secrétaire National Adjoint, Mr. Taamlime Bourhane. Trois rencontres ont été organisées pour l’installation officielle de ces trois Cellules SOMA dans les Communes de Mrémani et Mramani dans les villes de Niamboimro, Mrijou et Dagi. A cette occasion le Président du Parti SOMA a remis les premières cartes d’adhésion aux premiers membres des cellules des villes respectives. Monsieur Anissi Chamsidine conduira une mission spéciale à Mohéli et à Ngazidja la semaine prochaine pour le lancement de cette activité dans ces îles respectives. » Lit-on sur le mur Facebook de Dr. Housni MOHAMED ABDOU le secrétaire national de SOMA.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Selon la loi et à l’issu de la conférence de presse du ministre de l’intérieur du lundi 9 janvier 2017, entourer depuis le 10 janvier, 6 partis seulement aux Comores ont une existence légale en Union des Comores. Il s’agit des partis Juwa, Crc, Updc, Radhi, Orange et Rdc. Pour Housni, c’est bien clair « les partis politiques ne mourront jamais, l’Etat peut toujours fixer des conditions pour le financement éventuel des partis sur fonds publics mais de là parler d’une limitation des partis, il faudra non seulement modifier le préambule de notre constitution et mettre fin à la démocratie dans notre pays. »

A savoir si Kiki laissera faire…

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*