Pour Sambi, la commission parlementaire n’avait pas le droit d’auditionner Azali

Lors de son compte-rendu à la presse suite à son audition le matin de ce mardi par la commission d’enquête parlementaire sur la citoyenneté économique, l’ancien président Sambi se dit contrarié que le chef de l’Etat en exercice, Azali Assoumani, se soit laissé auditionné par la Commission.

Pour l’ancien raïs qui dit s’appuyer sur la Constitution, un président en exercice n’est entendu que s’il est soupçonné de haute trahison. « Et ce n’est pas n’importe qui qui l’auditionne. C’est un pouvoir dévolu uniquement à la Cour suprême et non à une commission de députés », a-t-il indiqué, non sans se demander,  une fois encore, pourquoi Azali s’est laissé entendre par la Commission parlementaire.

Les interrogations persistantes de Sambi à ce sujet ont permis à tout observateur de penser qu’il y ait anguille sous roche si Azali a accepté volontiers l’audition. En effet, selon nos informations, Azali qui finance la commission voulait s’assurer que Sambi, la cible de cette enquête, ne rechignera pas à la convocation. Dans le cas contraire, ça aurait été pour ce régime une bonne occasion de s’en prendre davantage à celui grâce à qui Azali Assoumani est aujourd’hui président.

M.Djoumbé/Comores infos 

6 commentaires sur Pour Sambi, la commission parlementaire n’avait pas le droit d’auditionner Azali

  1. vous avez bien dit azali a voulu cibler sambi et azali est très malin je vous donne beaucoup des exemples c est sambi qui avait l idée de la citoyennté économique et vous avez bien écouté le député ali mhadji il dit avant on vendait des passeports en cache te partir dans le poche ali mhadje dit encore la commission chef dhoulkamal est corrompu c est coup monté par azali d ailleur azali n a rien avoir de l argent de la citoyenneté économie azali a voulu se montrer soit disant il a la mains propre mais tout le monde sait que c est l argent est passé dans le 5 ans d ikilou mamadou je peux vous donner beaucoup d explication mais je stope las

  2. Azali ne s’est pas laissé entendre par la commission parlementaire – non plus ; d’aucun n’avait demandé à lui auditionner…
    Pourvu que le chef de l’État se prend pour le plus intelligent et le plus malin que quiconque , c’est lui-même qui bricole tout , sans se rendre compte qu’il peut se ridiculiser dans certains cas de figure .

  3. Certes M. SAMBI a raison mais a-t-il oublié qu’il n’y ni cours suprême, ni cours de compte, ni ninini……Les institutions prévues dans la constitution sont aujourd’hui mises dans un tiroir. mais y-a-t-il de constituon qui soit respectée?-
    Le pays est pris en otage; le pays est dans une situation d’impasse où le raïs peut faire tout ce qu’il veut sans contrôle.il roule dans une autoroute sans limitation de vitesse.
    malheureusement,il n’y aucune force d’opposition qui ose parler; tant pis, c’est le petit peuple qui continue à payer le pot cassé.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*