Présidentielle 2016: Une pétition pour une candidature de Sambi

L’opposition vient de lancer une pétition pour une candidature de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi à l’élection présidentielle de 2016.

image

En prélude aux élections présidentielles de 2016, l’opposition a lancé lundi dernier une pétition en faveur d’une candidature de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi. Les initiateurs de la pétition visent 20.000 signatures pour la version ‘‘papier’’ ; la version électronique est illimitée.

« Nous espérons, d’ici le 30 août, pouvoir déposer la pétition à la cour constitutionnelle », a confié Jaffar El Macelie, un des initiateurs de la démarche qui vise à mettre le maximum de pression au gouvernement et à la haute cour. Pour lui, la démarche vise aussi à clore le débat sur une candidature de Sambi, jugée inéluctable par l’un de ses partisans, Ahmed Hassane El Barwane, président du rassemblement des patriotes (RP).

Après la tempête médiatique de ces derniers temps sur cette question, M. le nouveau stratège en communication du RP tente d’amener les débats sur un autre terrain : « Il faut réorienter le débat, a déclaré M. El Macelie, c’est d’ailleurs l’objectif du meeting d’aujourd’hui (mardi : ndlr) pour poser le débat sur la situation socio-économique, l’état de nos institutions et la politique ».

Au cours d’un mini-meeting qui a peu mobilisé les partisans des partis du RP, le président de cette coalition a décoché quelques flèches acerbes à l’endroit du chef de l’Etat, le maire de Moroni, le ministre de l’intérieur et le directeur de cabinet du chef de l’Etat.
Dans sa liste, M. Barwane, n’a pas oublié l’ancien chef de l’Etat Azali Assoumani et son parti, la CRC devenu la bête noire de l’opposition.
Pour lui, qu’on le veuille ou pas, personne ne saurait empêcher Sambi de se porter candidat à la prochaine présidentielle pour laquelle la présence d’une force étrangère serait indispensable pour garantir la sincérité et la sécurité.
Maoulida Mbaé / LGDC

1 commentaire sur Présidentielle 2016: Une pétition pour une candidature de Sambi

  1. La force n’a jamais été l’expression des politiques comoriens, excepté le Mollah et ses adeptes. A mon avis, si vraiment Anjouan veut proclamer Abdallah Ahmed Sambi Roi d’Anjouan ou si Moroni veut le proclamer Roi de Moroni, la procédure est simple. D’ailleurs on va envoyer deux magistrats, les plus expérimentés en droit constitutionnel pour aider à l’installation de la loi du Royaume.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*