PRÉSIDENTIELLES 2016 LE PLAYBOY ET CANDIDAT SULTAN HACHIM FAIT CHAVIRER LES COEURS DES FEMMES

12067249_1098239210201285_1207806325_n 12083925_1098239240201282_303620215_n 12087394_1098239216867951_936149967_n C’était dimanche 4 octobre à 14 H 00, le président du comité de soutien de la candidature du porte étandard de la nouvelle révolution et de la jeunesse, Monsieur M’madi Said, avait convié, les femmes comoriennes d’île de France à une réunion d’information afin de préparer le grand meeting de Paris fin octobre. Et c’est en masse et en couleur, qu’elles ont répondu à l’appel du grand notable de Ntsaweni dans le Mboudé. À leur tête, deux grandes figures de la diaspora féminine de Paris, à savoir Mama Voyage de Mandza (Mboudé ) et Mama Mina de Bangoi (Mitsamihouli ). Dans ce rassemblement de femmes, le nouvel espoir des Comores, a aussi enregistré trois soutiens de poids de la ville de Mbeni, que sont Mariama Ali Mbaye (ex épouse de Mamadou ),Zainababa Athoumani, et Foutoumou Youssouf. Pour ces femmes, il est de leur devoir de renvoyer l’ascenseur au père du jeune candidat SAID HASSANE SAID HACHIM, eu égard à son amour pour Mbeni et les Mbeniens. Sans oublier bien sûr, son amitié légendaire à l’endroit des régretés Mze Mssouri, Issihaka Charif, Mzawiyani. . . son frère et défunt président Taki Abdoulkarim. Nous sommes persuadée disent elles, qu’un natif de Foumbouni, et qui plus est fils de Mze Ndjizi comme chef de l’État, fera plus de bien à la ville de Mbeni, que nos trois candidats réunis. Nous allons tout donner, tout faire pour le placer en tête ici dès le premier tour. Nous avons aussi noté la présence dans cette réunion, aux côtés du candidat, de son Excellence SOULAIMANA MOHAMED AHMED, ancien ambassadeur des Comores à Paris, et de AMIRDINE FADHUL, frère cadet de MOHAMED SAID FADHUL, ancien président de l’île autonome de Moheli. Delà à penser que. . . . Quant à son colistier de Ngazidja, les bonnes langues disent que le souverain Hachemite, pense recréer l’axe de fer Itsandra – Mbadjini. Et selon de sources concordantes et dignes de foi, il aurait déjà demandé à son frère de Ntsoudjouni AHMED BAZI SILIM, de se préparer en conséquence. Comoriens ! Il va donc y avoir du sport. Après lecture en coeur de la sourate YASSINE, six discours fut prononcés. À commencer par celui du président, suivi par le SG, NABAHANE SAID HACHIM pour une brève présentation du projet politique du candidat. Puis, vient le tour de la grande dame du Mbadjini, Madame Salimata de Simboussa, d’être appelée à la tribune, par l’inégalable, inimitable, et maître de cérémonie YOUSSOUF ALI BEDJA. Avant de discourir, elle a d’abord bercé l’assistance par un << shanyiri >> qui a fait pleurer de joie hommes et femmes. Dans son discours riche d’enseignements, elle a imploré l’infiniment grand, de faire de son candidat, une nourriture, une eau, et une lumière pour les Comores. Pour Madame feu Bacar Islam de Bangoi dans le Mitsamihouli, elle a déclaré dans des termes clairs et sans nuances, et dans une langue que seuls les initiés comprennent : << Rifu riwono. . . Apvwengue yessafara yinu karina hurenga she yitsana sha Hachimou wa Mugni, rishibadili nakapvu >> . Aussitôt la température grimpe et l’ambiance dans la salle atteint son paroxysme. Et , vient le tour de la pulpeuse et ravissante Madame KOTRI d’Itsandzeni (Hamahamet ), patronne en cheffe de la dream team féminine du toirab, la fameuse Double XXL de s’adresser à la foule en ces termes : << Nous femmes comoriennes de Paris, de France et des Comores, nous avons perdu depuis très longtemps le sommeil par des nuits longues, interminables et cauchemardesques à cause d’imbéciles pétits diables et suceurs de sang qui nous gouvernent, et qui aujourd’hui en redemandent encore. . . Eh bien non!!! Nous prions le tout puissant, pour que nos nuits agitées se transforment cette fois ci, en nuits calmes, douces et voluptueuses , avec l’élection Inch Allah comme président, de notre chouchou adoré Sultan Hachim >>. Et ce qui devait arriver arriva, avec l’explosion de la salle dans une atmosphère électrique indéfinissable. Et c’est en rock star que l’égérie d’Istandzeni a terminé son discours par un : << Yes ! We can >>. Place maintenant à celui que tout le monde attendait. Dans son discours taillé aux nouvelles mensurations de la femme comorienne d’aujourd’hui, Hachim SAID HASSANE a choisi de pénétrer dans ses entrailles pour la titiller jusqu’au bout des ongles. Force est donc de constater que la femme aime ça, et qu’elle adore la chose. . . Et c’est là où réside la force de persuasion du jeune tribun et candidat, à l’endroit de la gent féminine. C’est à dire, sa capacité à les carresser dans le sens du poil. Pour conclure, la nouvelle coqueluche des sondages (voir site habari za Comores ) et chouchou des femmes a déclaré à l’endroit de ces dernières je cite : << la femme est comme une terre à labourer. . . il faut lui donner les engrais nécessaires à son dévéloppement >> Mes chers amis ! Je vous laisse imaginer la suite. . . . Chacha Mohamed

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*