Présidentielles 2016: le programme politique de Fahmi Saïd Ibrahim

wpid-screenshot_2016-02-03-05-03-03-1.png

5 ANS POUR AGIR AU SERVICE DES COMORES

1. UN MODÈLE ÉCONOMIQUE RENOUVELÉ

Les Comores disposent d’un potentiel économique et culturel encore largement sous-exploité. Je réformerai le système éducatif pour aider la jeunesse à mieux répondre aux besoins du pays, je favoriserai la création de richesse et la valorisation de notre patrimoine culturel local, et j’exploiterai cet atout stratégique qu’est notre situation géographique.

    Réformer le système éducatif pour aider la jeunesse à mieux répondre aux besoins de notre pays

image

Avec 65% de sa population âgée de moins de 30 ans, l’Union des Comores dispose d’une force vive considérable, qu’il convient de former pour relever le défi du chômage, aujourd’hui autour de 40%. Pour cela, il faut commencer par réformer le système éducatif en profondeur, par la création d’une grande école des métiers, qui permettra à la jeunesse de se former pour mieux répondre aux attentes économiques du pays. En parallèle, il est important de développer l’apprentissage de l’anglais, pour que les jeunes puissent s’intégrer dans la logique de mondialisation.

    Créer des richesses et valoriser le patrimoine culturel local

Les Comores sont un pays plusieurs fois millénaires, qui regorge d’une culture et de traditions ancestrales précieuses. Danses folkloriques, gastronomie locale, sont autant d’atouts indispensables qui doivent être mis en valeur pour développer le secteur du tourisme. Plus largement, l’objectif est de proposer un nouveau modèle économique, basé sur la création de richesses locales, à partir des principaux atouts que sont la mer, la nature et la situation géographique du pays. La création d’un grand ministère de l’économie maritime, chargé de la définition et de la mise en œuvre d’une stratégie d’exploration, de conservation, de valorisation et de commercialisation de toutes les ressources de la mer, permettra une optimisation de cet atout.

    Faire de la situation géographique des Comores un atout stratégique

L’Union des Comores se situe à carrefour aérien et maritime stratégique, aujourd’hui largement sous-exploité. L’ambition des Comores doit être de devenir un trait d’union entre le Moyen Orient, l’Asie et l’Afrique de l’Est. Pour cela, il faut consolider le partenariat avec le monde arabe et le monde islamique, pour encourager les pays étrangers à investir aux Comores et devenir un acteur incontournable sur la scène des relations internationales. Que ce soit dans les domaines touristiques, des échanges agricoles, de la pêche ou de la formation professionnelle, il y a beaucoup à tirer de l’appartenance à cette zone de grand rayonnement.

2. UN ÉTAT ET UNE ADMINISTRATION RÉFORMÉS EN PROFONDEUR

Afin de construire un système économique et judiciaire performant, j’assainirai les finances et moderniserai le fonctionnement de l’administration, avant de travailler au renforcement de la justice et de la sécurité au sein de notre État. Une fois ces conditions réunies, je me concentrerai sur le développement des infrastructures et de l’accès aux ressources énergétiques.

    Assainir les finances et moderniser le fonctionnement de l’administration

La première condition du développement des Comores repose nécessairement sur la mise en place de réformes structurelles de fond, permettant une modernisation de son fonctionnement et un assainissement de la gestion des dépenses publiques. Aujourd’hui, 80% du budget de l’État sont consacrés à l’embauche et à la rémunération des fonctionnaires. Il est prioritaire de mieux maîtriser ces dépenses en mettant en place de véritables structures de contrôle depuis la Cour des comptes, l’Inspection Générale des Finances et la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale. Parallèlement à cela, une lutte intense contre la corruption s’impose, par la création d’un parquet spécial anti-corruption, ainsi qu’un respect rigoureux des règles en vigueur en matière de passation des marchés publics.

    Construire un État plus juste et sécurisé

D’autre part, le peuple comorien doit retrouver confiance en la justice de son pays grâce à la construction d’un État impartial, qui garantisse la sécurité de ses citoyens. Cela passera notamment par la mise en place d’unités de sécurité civile et d’une unité des forces spéciales, la création de postes de juges d’application des peines et la fin des nominations des magistrats par le pouvoir exécutif.

    Développer les infrastructures et l’accès aux ressources énergétiques

L’assainissement et la modernisation du système sont les conditions nécessaires au développement économique du pays. Une fois ces conditions réunies, l’une des priorités sera de faciliter la mobilité interne par les routes et la mer, de relier les acteurs par la communication et de mettre à disposition de tous les citoyens l’énergie dont ils ont besoin ainsi que leur rendre l’eau potable accessible.

3. UNE NATION UNIE ET RESPECTUEUSE DE SON PATRIMOINE ET DE SON ENVIRONNEMENT

Je souhaite faire des Comores un pays serein et équilibré, où l’économie, l’écologie et le développement durable sont indissociables. Je veillerai à protéger et renforcer l’unité et la cohésion sociale du peuple comorien, et construirai un État exemplaire en matière d’environnement.

    Une nation unie

Assurer le développement des Comores, c’est aussi et avant tout veiller à l’unité et à la cohésion sociale du peuple comorien. Du fait d’une indépendance inachevée, les Comores ont connu plusieurs crises séparatistes importantes, qui ont rendu toute entreprise durable fragile. Désormais, le peuple comorien doit se développer unanimement, autour de valeurs fondamentales communes que sont l’égalité, l’entraide et le mérite. Le développement d’un meilleur système de santé et la protection des plus vulnérables sont des points essentiels.

    Devenir un État exemplaire en matière d’environnement

Enfin, les Comores doivent devenir un état exemplaire en matière d’environnement, en favorisant la production de produits bio et en prévoyant un aménagement des sols qui soient respectueux des côtes et de la nature. L’environnement est devenu un enjeu mondial de premier ordre, les Comores pourraient être le premier pays 100% vert, en refusant toute importation d’engrais chimiques et en créant l’Agence pour la protection de l’environnement et le développement de l’économie verte (APEDEV).

Fahmi Ibrahim

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*