Prioriser la question de Mayotte

Pouvoirs exceptionnels du Président relatif à la Cour Constitutionnelle; annonce d’une modification de la Constitution du pays. Ébullition en conséquence des politiciens comoriens de tous bords. Les enjeux de pouvoir passent spontanément au premier plan. Et l’on oublie la question de Mayotte.

Comment ne pas repenser à 2009 ! La France organisait sa « consultation » ultime pour annexer l’île comorienne. Et c’est à ce moment-là que Sambi organisa son référendum sur la Constitution, détournant du même coup l’opinion de la question essentielle du moment : la départementalisation. Résultat la France départementalisa l’ile comorienne sans protestation d’envergure ni nationale ni internationale. A l’époque lorsque nous parlions de Mayotte, nous apparaissions comme un « cheveu dans la soupe », au pire comme des soutiens à Sambi.

La même chose est en train de se reproduire. On a comme l’impression que lorsque la question de Mayotte se trouve à un tournant, une « main invisible », quel que soit le pouvoir en place à Moroni, parvient à détourner l’attention du peuple vers des questions nationales qui polarisent les politiciens comoriens. Toujours la même ficelle : changement de la constitution !

Le Collège des Sages dans une adresse à la « classe politique » a tiré la sonnette d’alarme. Apparemment il n’a pas été entendu!

Ne serait-il pas possible de différer les questions internes, y compris tout ce qui est entrepris par le pouvoir sur les changements constitutionnels afin de bâtir une union nationale tangible sur la question nationale fondamentale de ces quarante dernières années ?

A ce qu’il semble, les négociations Comores-France seraient menées avec fermeté et intelligence par Azali et son ministre des affaires extérieures. L’esprit de suite commanderait à œuvrer pour que tout le pays se rassemble derrière le pouvoir sur cette question et non créer des antagonismes superficiels.

Même si la France est une grosse puissance face à notre pays, le rapport de force semble favorable. La France ne peut rien contre la décision courageuse de ne pas céder sur les refoulements scandaleux et illégaux de la France. Si nous ne capitulons pas, si nous faisons jouer la condamnation universelle de principe de l’ONU, de l’Union Africaine et de la Ligue Arable, elle sera dans l’obligation de considérer des propositions comoriennes raisonnables de sortie de crise avec une perspective concrète de réintégration de l’île comorienne dans un Etat comorien rénové, démocratique, respectueux des lois et engagé dans la voie de son développement économique et social.

Pouvoir et oppositions devraient se retrouver, se parler et se rassembler sur des bases solides sur cette question de Mayotte. Rater le coche pour des intérêts étroits et à courts termes de politiciens serait un crime inexpugnable et imprescriptible.

Idriss Mohamed

7 commentaires sur Prioriser la question de Mayotte

  1. Monsieur Idriss tu aurais bien consacrer ton temps ton énergie à penser aux trois îles de son développement économique de s’en sortir de la misère noire de trouver une solution au chômage massif la manque des haupitaux et des établissements scolaires un myriade de problèmes que rencontrent les comoriens c’est mille fois mieux de trouver un issue car celà empêchera les comoriens d’aller se noyer dans les eaux que de parler tout le temps de Mayotte si tu es doté d’intelligence merci

  2. Mr Malala.
    Dieu dit aussi: « و أتوا البيوت من أبوابها »
    Vous avais pas le droit de rentrer a Mayotte sans permission. Cette île est habitée depuis très longtemps avant vos soi-disant droit de l’ONU qui date d’hier. On rapporte que Le prophète s.a.w a dit qu’avant de rentrer chez quiconque il faut frapper la porte 3 fois et si on t’ouvre pas tu reprends ton chemin.

  3. Mayotte est une ile comme anjouan moheli ngazidja et sur chaque ile il Y a des habitant, pourquoi ne pas prendre en compte le choix de ces mahorais, Ils n »ont pas demander de l’aide aux comorien à ce que je sache
    Pourquoi s’acharner à vouloir changer un destin qu’ils ont choisi??
    Dieu dit « Aime pour ton prochain ce que t’aimerais pour toi »
    Dieu dit  » he vous jalouser pas »…
    A bon entendeur.

    • Monsieur Mado je crois que vous n’avez pas bien compris le caran mais un autre sourat à waatasouimou bi hablilahi Djamia Wala tafarakou,unissez vous ensemble et vous ne vous dispersé pas je pense que à partir de se sourate vous avez bien compris que les compatriotes des autres îles veux juste l’Union et ne veulent pas la dispersion .la France n’a pas besoin de notre union ors elle a unissez ses provinces pourquoi voulez t’elle vraiment nôtre dispersion à nous ? Elle peux pas nous aidé ensemble ? Je vous remercie monsieur Mado

    • Monsieur Rezar il est temps d’arrêté les insultes des uns et des autres et de s’assoire sérieusement et discuter ,pour vous avez de haine contre les wangazidja ? Ils sont responsables à rien comme les wandzouani ,les wammoili,et les wamaore ils sont tous des Comoriens arrêté vos divisions qui ne porte rien à personne que de la misère on est tous dans le même bateau le bateau Comores moinama

Répondre à M Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*