Privatisation de Comores Télécom : Le syndicat des agents de Comores Télécom appelle à l’aide

Le syndicat des agents de Comores Télécom ainsi que la Confédération des Travailleurs Comoriens (CTC), ont organisé un grand rassemblement ce mercredi. L’objectif est d’informer et sensibiliser les notables sur les enjeux de la privatisation de la société comorienne des télécommunications.
L’évènement ressemblait à un grand meeting électoral. Le foyer des femmes de Moroni était envahi par une foule nombreuse. C’est la privatisation de Comores Télécom qui était au menu du jour. La Confédération des Travailleurs Comoriens (CTC) en collaboration avec le syndicat des agents de Comores Telecom, ont dénoncé la dénationalisation de la société qu’ils estiment « illégale ».

Les syndicalistes ont fait appel aux notables de Ngazidja. « Il faut qu’il y ait une transparence dans le traitement du dossier. Que le peuple soit informé du déroulement du processus », a déclaré le secrétaire général du syndicat des agents de Comores Télécom.

Le président de l’Association des Consommateurs des TIC (ACTIC), Hamidou Mhoma, a avancé à son tour que « nous avons écrit maintes fois à l’Etat pour baisser les prix, et nous n’avons jamais eu de réponses. L’association des consommateurs des TIC soutient Comores Télécom pour sauver notre société nationale ».

L’ACTIC propose qu’il y ait un autre opérateur qui vient concurrencer Comores Télécom, afin que les clients puissent avoir un bon service pour des coûts très bas. « C’est inadmissible que Comores Télécom soit privatisée sans une garantie qu’il n’y aura pas un monopole d’un nouvel opérateur privé », regrette le directeur de Graphica Imprimerie.

Le secrétaire adjoint de la CTC, Chabane Mohamed, accuse l’Etat d’avoir violé la loi. Selon lui « cette privatisation se fait sans l’accord des parlementaires comoriens ». Ce professeur de philosophie a souligné également que « nous suspectons que c’est par intérêt personnel que la société veut être privatisée. C’est la raison pour laquelle, le peuple n’a pas été mis au courant. Nous ne croiserons pas les bras. Et s’il faut descendre dans la rue, nous le ferons ». Chabane Mohamed n’a pas manqué d’alerter l’opinion sur le risque que prend « le gouvernement dans une démarche qui aboutira au licenciement de 2500 fonctionnaires d’Etat sur les 13000. L’Etat fait la promotion du chômage ». Rappelons que Comores Télécom emploie plus de 1500 agents.
Natidja Hamidou (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*