Problèmes d’approvisionnement en hydrocarbures à Mwali

mwaliSi ce ne sont pas les pompes qui sont en panne, c’est le stock de carburant qui est épuisé en trois jours, faute de réservoirs suffisants. Cette fois-ci le problème est tout autre, le moteur à pompe qui sert à décharger le carburant à bord du bateau est tombé en mer quelque part entre Chindini et Hoani.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Pendant que les techniciens de la société des hydrocarbures se trouvent à Ndzouani pour vérifier le mécanisme d’embarquement des produits pétroliers destinés à Mohéli où une pénurie perdure, dit-on, ce moteur à pompe se trouvait à Moroni pour une urgence.

Depuis dimanche, le navire Bima, transportant le carburant, se trouve au large de Boingoma mais hélas, les voitures faisaient encore la queue lundi et mardi, devant l’unique station service de l’île, sans pouvoir se procurer la moindre goutte d’essence. On a voulu raccourcir le chemin du moteur à pompe pour venir en aide à la population mais il a plongé dans l’eau.

Des gérants de « stations fantômes prennent le carburant pour aller le revendre à 1000 fc le litre au lieu de livrer le peu qui reste à la population », crie un automobiliste en colère présent à la station service où les véhicules n’arrêtent pas de grossir la file d’attente. Une deuxième station de moindre capacité, vient de voir le jour à Hayraha (entre Boingoma et Bandarsalama) mais l’on apprend que le propriétaire, un retraité de la SCH, n’arrive pas a obtenir la licence d’exploitation.

Quant aux travaux de construction d’une nouvelle citerne à Hoani, il semble que le chantier a pris du plomb dans l’aile. Depuis la cérémonie de pose de première pierre, il y a quelques mois, les travaux n’avancent pas. « Les responsables de l’entreprise étrangère qui a obtenu le marché se trouvent dans l’île », a dit un employé de la société « et les travaux vont bientôt reprendre », avait précisé le directeur de la société à Mwali. En attendant, la population continue à subir des pénuries régulières et les trafiquants du marché noir se frottent les mains.

Mouayad Salim/LGCD

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*