Proclamation des résultats par la CENI : a-t-on le droit de faire fi du Droit au profit de nos sentiments, au risque de fragiliser nos institutions et semer le désordre dans notre pays ?

wpid-screenshot_2016-04-16-20-26-45-1.png

Au lendemain de la proclamation des résultats des présidentielles par la CENI les commentaires vont bon train et chacun y va de sa langue comme de sa plume ! Certains, acquis à la cause, s’en réjouissent ; d’aucuns, soucieux du respect de la légalité, s’en inquiètent.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

image

Rappelons déjà que ces résultats pour l’heure n’ont qu’un caractère provisoire (et même partiel) ainsi que le stipule le code électoral. Seul l’organe suprême, la cours constitutionnelle, dont une des missions est de veiller à la régularité du scrutin, est habilité à lui donner le caractèredéfinitif. C’est dire, qu’au delà des sentiments des uns et des autres, il s’agit bien d’une question juridique qui est posée, sur laquelle seuls les garants de notre constitution peuvent nous éclairer.

La CENI, quoi qu’on en dise, en procédant comme elle l’a fait hier, a commis un vice de procédure. En mettant à l’écart les parties prenantes du processus électoral, la CENI a-t-elle agit conformément à la loi électorale, a-t-elle été téléguidée, a-t-elle suffisamment analysé la portée à la fois politique et sociale d’une telle décision ? En tous les cas, il est prévu dans ce type d’événement d’y associer le Ministère de l’intérieur en charge des élections et la communauté internationale. Ce qui n’a pas été le cas. C’est donc à la cour constitutionnelle de dire si ce v ice est de nature à entacher la procédure de proclamation des résultats.

Par ailleurs, il n’est pas sans rappeler que le 2 ème tour est un scrutin au suffrage universel qui se déroule sur le territoire de l’ensemble des î les. Nulle portion du territoire ne peut en êtreprivée, à moins que celle-là ne n’en fasse pas partie. Or, une quinzaine de bureaux de vote, voire plus, sur l’île d’Anj ouan sont retirés du décompte global des résultats proclamés le 16 avril par la CENI, et ce, sans préjudice des cas graves de vandalisme dont certaines caisses de bulletins furent l’objet dans la même île. D’où la réaction légitime de Mr Mohamed Ali Soilihi, qualifiant ces résultats « d’illégaux ».

Loin de la légèreté de certains propos distillés et relayés ici et là, il est fort à parier que nos juges des élections aura bien du pain sur planche : trancher sur une question de forme et de fonds.

La tâche est ardue ! Ça l’est davantage avec les chiffres publiés par la CENI. Des chiffres qui comportent une différence manifestement frauduleuse de plus de 1597 voix en surplus par rapport au nombre de votants. À qui profiterait le crime ?

Au delà de la question relative à un formalisme sur le respect ou non de la procédure de proclamation des résultats, nos sages doivent aussi statuer sur l’essentiel même du scrutin. A ce niveau les choses semblent plus tenues que ne le croient ceux qui se sont laissés aller à l’ivresse d’une victoire pour le moins hypothétique et aux lendemains incertains.

Dan le cas d’espèce, pour la question de fonds trois hypothèses sont envisageables. La cours peut valider les résultats tels que rendus public par la CENI, si elle trouve qu’il n’y a pas d’anomalie. Elle peut, par ailleurs, annuler le scrutin ou même reformer la décision de la CENI en modifiant partiellement les résultats. La dernière hypothèse est celle qui peut conduire tout bonnement à l’annulation du scrutin. Ce lle – ci ne prévaudrait, en revanche,que si la cours constate que les réclames formulées sont fondées et aboutissent à en conclure que le scrutin a été entaché d’irrégularités manifestes ou simplement sa sincérité mise en cause.

En tout état de cause, il n’est ni responsable ni sérieux, et à plus forte raison dans un contexte extrêmement périlleux pour l’avenir de notre pays, de crier tambours battants à une victoire définitive qui n’en est pas une. Il est plutôt dans l’intérêt de tous de croire et faire confiance en nos instituions, en l’occurrence celles compétentes en la matière de dire le droit. Ce qui suppose aussi notre capacité à accepter les décisions qui en découleront.

La stabilité et l’unité du pays nous l’imposent. Toute victoire mal acquise, ferait certes la joie d’un cam p pour un temps, mais n’est que le lit des haines, des rancunes et des divisions. Mon amour du pays m’inspire donc le devoir d’en appeler à la vigilance et au sens du patriotisme de chacun et au strict respect de nos institutions.

Osons souhaiter au candidat, que nos institutions déclareront vainqueur, une belle victoire, celle qui serait à même de nous réconcilier, nous garantir la cohésion nationale et nous éviter des dérives pouvant mettre en péril des vies humaines et nous entraîner dans un interminable cycle de violences. Mon pays, Les Comores, que Dieu te protège, amen !!!

Par Ahamed Mohamed Takou

2 commentaires sur Proclamation des résultats par la CENI : a-t-on le droit de faire fi du Droit au profit de nos sentiments, au risque de fragiliser nos institutions et semer le désordre dans notre pays ?

  1. Me, avec tout le respect que je vous dois, puis-je savoir où vous étiez pendant me premier???????? Pourquoi ne pas en parler des bourrages de certains urnes au second tour, au tentative d’echanges des PV, au vols de certains PV, aux achats chats de consciences des électeurs……….!!!!!!?????? Comment se fait que dans toutes les irrégularités survenues lors de double scrutin, les 104%, le droit des recomptages des voix refusé à l’opposition au premier tour, à la soidiante demission-congé de mr HM, ministre de l’intérieur, qui, le lendemain du premier tour se présenta au travail(au ministère) pour superviser le déroulement du scrutin alors qu’il est candidat………..???????? Avez-vous une partie prise ou etes-vous déconnecté de la réalité ? ? ? ? ? ? ? Si tu une partie prise mr, faites comme ce que vous venez de dire ou rejoignez ton clan « NARIREDJEZE »!!!!!!!!! Juste pour info, ce sont des élections générales, donc il ne peut y avoir des partielles!!!!!!! On ne votait pas les députés, ni les conseillers des îles, ou des maires pour qu’il puisse y avoir des élections partielles dans telles ou telles régions………!!!!!! Sinon demain vous direz aussi que la diaspora n’a pas voté alors il faut qu’il y ait d’autres élections……!!!!!! Samahani c’est ce que je crois et ce la n’engage que moi!!!!!!!!!! Il y a eu des élections la CENI a fait son travail la COUR fait le sien, attendons!!!!!!!

  2. LE LIEUTENANT COLONEL IDJIHADI SE FAIT PIEGER PAR LES CONSEILLERS DE MAMADOU.

    Ce colonel de parcours atypique n’est pas à son coup d’essai. Maints fois, il se fait avoir:

    Tout d’abord, souvenez-vous lors du voyage du défunt TAKI, ce nouveau colonel fut chargé d’assurer la protection de l’ancien Rais. Or, ce dernier fut abattu par des inconnus en présence de son garde du corps, qui n’est autre que le chef d’état major actuel.

    Ensuite, il eut la responsabilité de veiller la sécurité de l’ancien président par intérim, TADJIDINE BEN MASOUNDI. Ce dernier a été déchu par un coup d’état, alors que IDJIHADI assurait sa sécurité à HAKOUNOU, derrière le marché de VOLO-VOLO.

    Si certains pensent qu’il a réalisé un acte héroïque, au même moment d’autres en ont certain qu’il s’agissait d’une manipulation purement politique. En effet, ceux qui lui attribuent les statuts de héros, doivent savoir que MAMADOU et ses conseillers, vont tirer profit de cette intervention inappropriée d’un chef d’état major qui a failli à ses obligations.

    Donc, il n’a pas à intervenir pour ordonner la publication d’un scrutin, car ce n’est pas son rôle. Néanmoins, il pourrait, intervenir si les résultats avait été publiés et que les vaincus refusaient de se soumettre aux votes citoyens. Or, ce n’est pas le cas. ce colonel a un rôle qui consiste à veiller l’intégrité du territoire en cas d’une menace.

    Ce dernier n’a pas à se mêler à la politique car, il doit être apolitique. Il faut dire que le camp de MAMADOU a réussi l’impensable.

    D’abord, il a mis le doute sur la validité du scrutin par les sages. Ensuite, il s’agit du pain bénit pour le candidat du pouvoir, en effet, la fraude présumée serait prise en compte, ce qui pourrait favoriser l’annulation de l’élection.

    Cette proclamation anticipée, sans les acteurs majeurs, est un vice manifeste, voire même un élément substantiel du scrutin. Cette proclamation a été orchestrée par MAMADOU via, des juristes étrangers qui l’ont conseillé.

    cependant, deux hypothèses se profilent:

    Soit, le conseil constitutionnel infirme l’élection au vue de son déroulement. Cette hypothèse est crédible car, elle sera soutenue par la communauté internationale.

    Soit, le coup d’état, celui-ci sera administré depuis l’étranger avec une partie de L’AND quine veut pas voir à bon œil le retour du colonel AZALI

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*