Projet d’adduction d’eau dans la région de Mbadjini : L’eau coule enfin dans la région de Ngwengwé

Avec 28 millions de nos francs sur un coût total de 280 millions, la 1ere phase du projet du réseau d’adduction d’eau potable dans la région de Mbadjini (Ngwengwé) est achevée. Le comité de pilotage de ce projet composé de 19 villages, sollicite l’aide du gouvernement et des partenaires extérieurs, pour parachever les travaux, démarrés depuis une quinzaine d’années.

Le projet de « réhabilitation du réseau d’adduction d’eau potable de Ngwengwé », est un projet du gouvernement soutenu par le Système de Nations Unies depuis 2001, sous le régime d’Azali 1. Sa source se situe dans un puits connu sous le nom d’ONU 39 qui se trouve à Mbadjini au sud de la Grande-Comore. Avec trois réservoirs d’un volume de 400m3 chacun, ce projet a besoin de 280 millions de francs comoriens pour servir toute la population de la région. Pour être réaliste, ce projet est scindé en quatre phases dont le budget estimatif s’élève à 28 millions pour la 1ère phase, 43 millions (2eme phase), 85 millions (3ème phase) et 116 million pour la dernière phase. Les 4 commissions précédentes ont échoué mais « par la grâce de Dieu, l’arrivée d’Azali au pouvoir, et par le concours de la Fédération des associations de Ngwengwé de France (FAN), le projet est relancé », explique Youssouf Soidik, président du comité de pilotage des 19 villages initiateurs de ce projet qui « était saboté sciemment par des ressortissants de cette région »

Au cours d’une conférence de presse tenu à Moroni ce week-end, ce comité mis en place depuis novembre 2016, se félicite de l’avancement des travaux. « Actuellement la 1ere phase de 28 millions est totalement finie. Tous les villages de la région ont participé, financièrement et physiquement. Cela pour répondre à ceux qui ont voulu saboter le projet », précise le président pour qui, les 28 millions sont repartis entre la notabilité (10 millions), les femmes (6 millions) et la diaspora en France

Makorani et Itsoundzou peuvent témoigner que l’eau coule déjà sous le robinet. Ils peuvent boire sans crainte. « C’est pour montrer aux partenaires multi et bilatéraux que l’eau est désormais accessible au public sans aucun problème », précise le président devant les journalistes. Et d’ajouter que l’étape suivante consiste à faire monter l’eau du chanteau d’eau de Makorani vers celui de Ntsinimoichongo ainsi que celui de Mkanzilé. Ce réseau d’adduction d’eau va desservir 4 villages. Il faudra créer un autre comité pour la gestion et la commercialisation de l’eau, afin que ce projet destiné actuellement à 19 villages soit viable et rentable y compris pour les autres régions voisines. Ma-mawé est également sollicitée pour s’y associer.

Ibnou M. Abdou / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*